Aller au contenu principal

Lely
15 ans au service des éleveurs laitiers

 Le Lely Center Cholet a fêté ses 15 ans. L’occasion de revenir sur l’activité toujours croissante de la franchise choletaise de Lely.

© AA

« Notre entreprise grandit d’année en année », se réjouit Olivier Oudayer, directeur général de la SAS Outhi-Tech. Preuve que le secteur de la traite robotisée se porte bien. à Cholet, l’entreprise a ouvert ses portes en février 2006 suite à une volonté de Lely de créer un réseau de franchises partout en France.
« Je travaillais pour Lely depuis 1999. Avec Gaël Thibaud, nous avons créé la première franchise de France à Cholet. » Que de chemin parcouru depuis. « Nous avons commencé avec 4 salariés. Gaël Thibaud travaille toujours avec moi mais il a une autre société d’équipement d’élevage : I3E. Aujourd’hui, nous comptons 25 collaborateurs. Nous créons en permanence de nouveaux postes. Comme récemment, nous avons embauché une responsable du service clientèle. » Le bilan des 15 ans d’activités est positif avec plus de 300 robots de traite Lely Astronaut commercialisés sur sa zone. « Le marché se porte bien », reconnaît le directeur général. Son périmètre d’action ? Le Sud du Maine-et-Loire, le Sud de la Loire-Atlantique, la Vendée (à l’exception du Sud Vendée) et le Nord-Ouest des Deux-Sèvres.

« Lely souhaite faciliter la vie des agriculteurs en automatisant les fermes tout en s’adaptant à l’existant. C’est ce qui plaît aux éleveurs. »

Automatiser les fermes
Depuis 2012, Lely développe aussi d’autres gammes comme le robot d’alimentation Lely Vector, le robot repousse fourrage Lely Juno et le robot racleur Lely Discovery. « Lely souhaite faciliter la vie des agriculteurs en automatisant les fermes tout en s’adaptant à l’existant. C’est ce qui plaît aux éleveurs. » Déjà 25 Lely Vector, 50 Lely Juno et 25 Lely Discovery ont été commercialisés par l’entreprise de Cholet. Selon le secteur géographique, les produits les plus vendus ne sont pas les mêmes. « Ici, les élevages utilisent encore beaucoup de paille. Logiquement, l’aspirateur de lisier trouve moins sa place parmi nos clients...»
Le cœur de métier de la franchise demeure la traite automatisée. « Nous vendons 4 fois plus de robots de traite », souligne Olivier Oudayer.

Depuis 3-4 ans, les robots reconditionnés connaissent un fort succès. « Aujourd’hui, quand les éleveurs réfléchissent à la traite, ils étudient les 2 solutions : salle de traite ou robot. » Le prix du robot - en moyenne 150 000 € toutes options comprises - peut être un frein. « Un Lely Astronaut A4 reconditionné est vendu à partir de 70 000 €. » Cette solution s’avère un bon compromis. Depuis l’année dernière, la franchise a même créé un nouveau bâtiment pour stocker et reconditionner d’anciens robots.
La force de la SAS ? « Le service de maintenance 24 h/24 - 7 jours/7. Nous pouvons dépanner nos éleveurs à n’importe quel moment. Jour et nuit. Il y a toujours quelqu’un d’astreinte. S’il y a une panne, un éleveur appelle et au besoin, on se déplace ». Autre point auquel tient Olivier Oudayer : le suivi de l’éleveur. « On ne se contente pas de commercialiser des robots. Nos conseillers d’élevage accompagnent les éleveurs. Lors des visites d’élevage, le conseiller “FMS” regarde avec lui l’alimentation, la santé du troupeau... pour faire en sorte que la transition se passe au mieux. Et il repasse régulièrement après la mise en service du robot. »

Des innovations
Le spécialiste de la traite robotisée propose toujours des nouveautés. « Chaque année, Lely investit 6 % de son chiffre d’affaires dans la recherche et le développement », précise le directeur général. La dernière en date : un logiciel proactif pour le suivi du robot de traite. « Avec ce nouveau logiciel, on peut éviter des pannes. Le technicien voit les réglages à faire avant qu’une panne ait lieu. »
Autre nouveauté pour les mois à venir : le logiciel Lely Horizon qui remplacera l’actuel T4C. « On ne sera plus sur un simple logiciel de gestion de troupeau. Ce sera un réel outil d’aide à la décision. Le logiciel évaluera la marge par vache, donnera des données sur la reproduction. Le logiciel pourra se connecter aux autres services comme le contrôle laitier. Les éleveurs auront toutes les données de leur troupeau sur le même logiciel.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Du lait, des gîtes... et du lombricompost
A Saint-Georges des Gardes, les éleveurs Anne et Nicolas Berder ne produisent pas que du lait. Ils sont aussi lombriculteurs et s…
L’agro-écologie en pratique lors de la session Chambre
Lundi 28 juin, à St Pierre-Montlimart, la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire a abordé le thème de l’agro-écologie lors de sa…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités