Aller au contenu principal

Opérations pneus
2 380 tonnes de pneus collectés en deux mois

La collecte de pneus organisée par la FDSEA sur tout le département s’est terminée jeudi 11 mars sur le site de Jarzé. L’heure de faire le bilan sur cette importante opération est venue.

Les pneus ont été acheminés vers le site de broyage Méga Pneus situé au sud de Tours.
© AA

La collecte de pneumatiques usagés agricoles a commencé le 11 janvier dernier sur le site de Vihiers. 40 jours plus tard, ce sont 2 380 tonnes qui ont été apportées par les agriculteurs
sur les différents sites mis à disposition par Terrena. Ouverte à tous les agriculteurs du département, la collecte a permis à 267 agriculteurs (actifs et retraités) de se débarrasser de ces pneus présents depuis des années dans les exploitations. Cela représente 660 bennes qui ont roulées des fermes jusqu’aux six sites de collecte. Certains agriculteurs ont fait plus de 40 km jusqu’à leur point de collecte le plus proche.

180 camions mobilisés

Afin de respecter au maximum les exigences de qualités des apports du site de broyage, des responsables professionnels ont été sollicités afin de contrôler l’absence de terre, pierres… dans les pneus arrivant sur les sites de collecte. De même, les différentes catégories de pneus (véhicules légers et poids lourds) ont dû être apportées à des jours différents. En effet, cette distinction est importante pour le devenir des pneus puisqu’ils ne peuvent être broyés ensemble compte tenu du profil des pneus. Tous ces pneus ont ensuite été acheminés via 180 camions
vers le site de broyage de Méga Pneus situé au sud de Tours. Puis le broyat a été utilisé dans une cimenterie mayennaise ou exporté à l’étranger afin de servir de combustibles le tout dans une filière contrôlée et homologuée. En effet, les pneus agricoles étant trop abimés du fait de leur stockage extérieur, ils ne peuvent être recyclés de la même façon que dans les filières des garagistes. Chaque année en France, Ensivalor recycle 15 000 tonnes de pneus agricoles avec une demande de plus en plus forte des agriculteurs pour se débarrasser des pneus présents
sur les tas d’ensilage. Et dans le Maine-et-Loire les tonnages sont encore nombreux


Interview Jean-Paul Piet, responsable en charge du dossier de collecte de pneus

Vers une nouvelle collecte en 2023-2024 ? 

Quel bilan tirez-vous de cette première collecte départementale ?

Jean-Paul Piet : Nous sommes très satisfaits du déroulé de cette opération. Tout s’est très bien passé durant ces 40 jours qui ont permis le recyclage de 2 380 tonnes de pneus usagés
agricoles. Nous remercions l’ensemble des équipes de Terrena pour la mise à dispositions des 6 sites de collecte ainsi que pour leur très bon accueil et leur disponibilité.
Cette collecte n’aurait pas pu se dérouler de cette façon sans le sérieux des agriculteurs tant dans la qualité des apports que dans la ponctualité, puisqu’il faut souligner que nous avons
respecté au jour près le planning initial.

Au final, quel est le reste à charge facturé aux agriculteurs ?

Nous avions toujours annoncé que le tarif aux agriculteurs serait à moins de 100€ la tonne et nous avons respecté cet engagement puisque le reste à charge facturé aux agriculteurs
est de 80€ tonne. Le tarif est largement raisonnable au vu de ce que l’on peut entendre comme tarif dans des entreprises de traitements des déchets. Nous avons pu respecter
les tarifs annoncés grâce aux subventions d’Ensivalor et de l’ADEME que nous avons obtenues en faveur des agriculteurs.

Pensez-vous pouvoir réitérer une telle opération dans les années à venir ?

Effectivement, il reste encore énormément de pneus dans les exploitations du Maine-et-Loire. Un gros nettoyage a déjà été fait mais nous n’avons pas pu tout évacuer étant donné que nous étions limités à un tonnage. Nous avons d’ores et déjà déposé un dossier pour faire une nouvelle collecte en janvier 2023 ou janvier 2024 suivant les disponibilités de l’association Ensivalor. Les personnes souhaitant participer à cette future collecte peuvent déjà se faire connaître en se rendant sur le site www.agri49.com et en renseignant leurs coordonnées. Nous les recontacterons quand nous aurons une nouvelle date de collecte pour concrétiser leur inscription.
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Le système lisier leur allège la tâche
Au Fief-Sauvin (Montrevault-sur-Evre), le Gaec des Mardreaux a choisi de passer d’un système logettes paillées à un système tout…
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités