Aller au contenu principal

-27% d'immatriculations de tracteurs neufs pour début 2017

Les immatriculations de tracteurs standards neufs enregistrent une forte baisse de 27% sur les cinq premiers mois de 2017 par rapport à l'année dernière.

En outre, le Sedima indique une hausse des ventes de pièces de 2,4% au 1er trimestre 2017 par rapport à 2016 et de 3% pour les prestations à l'atelier.
En outre, le Sedima indique une hausse des ventes de pièces de 2,4% au 1er trimestre 2017 par rapport à 2016 et de 3% pour les prestations à l'atelier.
© Archives AA

« Le contexte est compliqué, mais il y a de fortes disparités selon les territoires», détaille Pierre Prim, président du Sedima (distributeurs de machines agricoles), lors d'une conférence de presse à Paris, le 23 juin. Une interprétation possible est que dans les grands bassins de production, où les agriculteurs traversent une crise majeure, les immatriculations sont particulièrement en berne. Ainsi, en Ile-de-France, la baisse est de 58%. Le marché serait plutôt porté par des filières à forte valeur ajoutée de type AOP (Comté, Roquefort, etc). Pierre Prim insiste : « l'analyse ne se réduit pas qu'à cela. Il faut aussi prendre en compte le fait que les commandes sont en baisse de 7% dès 2016 par exemple. »

 

Par ailleurs, le Sedima rappelle que ses activités ne concernent pas que les immatriculations. « Plus des deux tiers des entreprises déclarent une stabilisation ou une baisse des stocks de neufs et d'occasion ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois