Aller au contenu principal

Social
Actifs en difficultés : détecter les problèmes le plus tôt possible

L’accompagnement des agriculteurs et des salariés agricoles a été évoqué à l’assemblée générale de la MSA 49.

Jean-Charles Heraut, psychologue, Anne Laurent (MSA Haute Normandie), Jean-François Cesbron, président de l’association Aide 49.
Jean-Charles Heraut, psychologue, Anne Laurent (MSA Haute Normandie), Jean-François Cesbron, président de l’association Aide 49.
© AA

Notre maître-mot, c’est anticiper », résume Jean-François Cesbron, président de l’association Aide 49, qui intervient depuis 21 ans auprès des personnes en difficulté. Alors que les problèmes socio-économiques, de santé ou de tous ordres amènent souvent les personnes à un repli sur soi, le défi consiste à déceler le plus tôt possible les situations difficiles, avant qu’elles ne deviennent dramatiques. Pour cela, poursuit Jean-François Cesbron, il faut « être attentif aux difficultés et savoir gagner la confiance. Les choses se font souvent discrètement, dans l’ombre ».
Parfois un seul fait, comme une annuité pas remboursée, un retard de paiement, doit suffire à retenir l’attention des organismes et constituer un signal. À son niveau, Aide essaie de détecter très tôt les difficultés et propose à l’agriculteur une demi-journée d’audit réalisé par  le conseiller avec qui il se sent le plus à l’aise. Audit qui débouche sur des solutions à plus ou moins long terme. Jean-François Cesbron a témoigné à l’occasion de l’assemblée générale de la MSA, vendredi 11 juin, ainsi qu’Anne Laurent, qui est responsable de l’action sociale à la MSA de Haute-Normandie (Seine-Maritime et Eure). Dans sa région, une expérimentation originale d’accompagnement a été mise en place depuis 2004, consistant à proposer aux salariés agricoles une semaine dans une autre région. Objectif, rompre avec le quotidien, échanger, découvrir des activités de loisirs. La formule a depuis évolué vers des rencontres une fois par semaine pendant un mois et demi et un séjour de loisirs de trois jours. « C’est très positif pour les salariés qui ont souvent été dévalorisés lors de leur scolarité et de leur recherche d’emploi.  On essaie de s’appuyer sur leur capacité à s’adapter aux épreuves de la vie. On aboutit sur des projets de formation, d’insertion… », explique Anne Laurent.

Attitudes taiseuses
Pour les non salariés, les actions de formation en groupe sous forme d’un séjour d’une semaine hors département, ont aussi, d’après Anne Laurent, des résultats très intéressants. Ces actions sont réalisées par la MSA en partenariat avec l’Adaséa, le CER et deux associations. Autant d’initiatives qui visent à sortir les personnes en difficultés de leurs « attitudes taiseuses », comme l’a souligné le psychologue Jean-Charles Heraut. « L’action sociale doit être attentive, aller chercher les gens et être à l’écoute ».

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités