Aller au contenu principal

Eolien
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire

Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?

Parcs éoliens citoyens dans le Maine-et-Loire
© AA

Déjà 2 parcs éoliens citoyens sont en marche dans le Maine-et-Loire. 2 en construction. Et 3 en cours de réflexion. Autant dire que les angevins - et en particulier les agriculteurs - ont compris l’intérêt d’investir dans les énergies éoliennes. Sans doute, le succès du premier parc éolien de la Jacterie à Saint-Georges-des-Gardes a fait des émules. Le partage de l’expérience des uns a facilité le développement des projets des autres.
« Pour réussir un projet, le collectif doit représenter l’ensemble de la population du territoire. Avec des profils variés, les citoyens ont des motivations différentes. Certains ont des convictions écologiques, d’autres voient les retombées économiques sur le territoire. Le lien social sera plus important pour d’autres… », souligne Raphaël Traineau, chef de projets pour Energie Partagée basée à Chemillé. Cette structure conseille, soutient les collectifs citoyens porteurs de projet et investit à leurs côtés grâce à l’épargne citoyenne. Malgré ces différences, le collectif a des valeurs communes fortes. « Par exemple, pour Atout Vent, il s’agit du partage, de l’action collective et du développement du territoire ». Le soutien des collectivités locales est aussi essentiel pour faire aboutir un projet.
Mais pourquoi se lancer dans des projets d’une telle ampleur ? « Les retombées d’un parc éolien porté par des citoyens sont 2 à 3 fois plus importantes pour le territoire, en particulier grâce aux dividendes qui alimentent l'économie locale et grâce à l'emploi local généré », constate Raphaël Traineau. Autre atout : les projets sont mieux acceptés en raison du travail de concertation locale et la transparence sur la gouvernance. « Les éoliennes sont les mêmes, mais la perception change quand on sait qu’elles profitent au territoire. »

Besoin de compétences
Lenteurs administratives, montage financier complexe, recours juridiques longs… Le montage d’un parc éolien est loin d’être un long fleuve tranquille. Les citoyens doivent acquérir des compétences particulières. « A Energie Partagée, nous demandons une simplification des démarches administratives pour les collectifs citoyens qui n'ont pas les moyens de grands groupes industriels », souligne Raphaël Traineau.
Aujourd’hui, les collectifs existants se sont même dotés de moyens techniques et humains en commun pour faciliter le parcours des collectifs citoyens à venir. « Ils ont mis en place des outils d’aide, ils accompagnent et proposent des formations pour les futurs collectifs ». Le but de cette synergie est toujours le même : capter plus de valeur pour les territoires.
Agriculteurs et propriétaires fonciers ont un rôle majeur à jouer dans la mise en place de parc éolien citoyen. « Ils sont  les premiers à être démarchés par les développeurs », explique le chef de projets. « Un agriculteur ne le sait pas toujours. Mais il a le droit de donner ses conditions pour la mise en place d’un parc éolien ». à son échelle, il peut faire en sorte que les retombées économiques profitent à son territoire. « Pour cela, il doit se faire connaître, se rapprocher de collectifs locaux, de l’association Atout vent, du réseau de l'énergie citoyenne en Pays de la Loire Récit… »
Pour le chef de projets, les agriculteurs ont des atouts pour monter des projets citoyens d’énergies renouvelables : « ils ont l'habitude des projets collectifs et sont souvent impliqués dans la vie locale. De par leur métier, ils ont des compétences en gestion d'entreprise et financement de projet ».

H.R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Du lait, des gîtes... et du lombricompost
A Saint-Georges des Gardes, les éleveurs Anne et Nicolas Berder ne produisent pas que du lait. Ils sont aussi lombriculteurs et s…
L’agro-écologie en pratique lors de la session Chambre
Lundi 28 juin, à St Pierre-Montlimart, la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire a abordé le thème de l’agro-écologie lors de sa…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités