Aller au contenu principal

Interview
Agriculture bio : la FNSEA favorable au nouveau règlement européen

Christian Huet, président de la section bio à la FDSEA de Maine-et-Loire évoque la réforme adoptée le 12 juin.

Le projet de réforme du règlement général sur l'agriculture biologique a été adopté lors du Conseil des ministres de l'Agriculture du 12 juin dernier. Quelle est votre position par rapport à ce nouveau document qui remplacera le règlement actuel à compter du 1er janvier 2009 ?
La FNSEA est favorable à ce règlement, car il prône une conception harmonisée de l'agriculture biologique au niveau européen. Globalement, nous sommes plutôt satisfaits à cette étape de la discussion car nous n'en sommes qu'à la moitié du chemin. Si le règlement général est désormais fixé, il faut encore négocier pour les règlements d'application. Ils préciseront notamment les règles de production, d'étiquetage, de contrôle, d'importation, de libre circulation des produits biologiques dont le cadre est posé dans le règlement général. Au-delà de l'énoncé de principes généraux concernant le mode de production biologique, le règlement introduit des nouveautés sur le champ d'application, les modalités d'étiquetage, de contrôles et d'importations.

Quelles sont les avancées pour la profession ?
La position de la FNSEA a été dans les grandes lignes de
maintenir l'existant face à certains pays membres de l'Union européenne qui voulaient un assouplissement des règles. Avec le règlement actuel, certains pays ont recours à des dérogations abusives prolongées. Nous avons obtenu qu'elles soient encadrées par une règlementation. Ce type d’abus va ainsi disparaître. Pour l'étiquetage, une harmonisation des pratiques va être mise en place sur l'ensemble de l'Union européenne et les producteurs français pourront toujours apposer le logo AB qui est bien identifié par le consommateur en France. À l'avenir, les contrôles de certification seront les mêmes pour tous. Cela va mettre tous les producteurs sur un pied d'égalité.

Des associations ont dénoncé cet accord. Pour quelles raisons?
Ces associations font dans la caricature. Il faut arrêter de tout aborder de manière négative. Ce battage médiatique vient brouiller les messages adressés aux consommateurs. Par exemple, il est faux de dire que de mettre une fraise bio dans un yaourt rendra le produit bio. Il faut arrêter de véhiculer de fausses informations qui fragilisent leur confiance naissante en l'agriculture bio. C’est un marché porteur, il est nécessaire qu'il se développe et attire de nouveaux producteurs et consommateurs.
Propos recueillis par N.H.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités