Aller au contenu principal

Agronomie
Aider les sols à travailler eux-mêmes

Alain Reulier, du Gaec RBB à Chanzeaux (Bellevigne en Layon), s’oriente vers une agriculture régénératrice pour son exploitation de polyculture-élevage et de vigne.   

Semé le 25 octobre, ce blé n’a reçu aucun traitement fongicide cette année. Les applications de ferments fait maison, notamment d’ortie, ont aidé à maîtriser la pression forte de septoriose et des débuts de foyer rouille jaune.
© AA

« Nos principes ici, c’est qu’aucune pièce d’acier ne remplacera  le travail des racines ! On dit aussi qu’un sol nu, c’est un sol foutu ». C’est ainsi qu’Alain Reulier résume la philosophie qu’il développe depuis des années sur son exploitation. Installé en 1990, l’agriculteur de Chanzeaux y est allé par  étapes dans sa démarche vers de moins en moins de travail du sol : arrêt du labour en 1998, “pseudo-labour” avec un ameublisseur Agrisem combiné à la herse rotative jusqu’en 2009, puis techniques culturales simplifiées jusqu’en 2013, avec passage de déchaumeur Compil pour réaliser un mulch de surface, et depuis 2013, semis de maïs au Strip-till et semis de blé quasi direct. « A présent, on passe une étape supplémentaire : pour les prochains semis, on va utiliser un semoir à dents de 1 cm de largeur pour le blé, le colza, les couverts. On ne fera plus de déchaumage », explique Alain Reulier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois