Aller au contenu principal

Point de vue
Alain Cholet : « Préparer dès aujourd’hui l’après-quota »

L’avenir de la filière laitière passe par la maîtrise de la production.

Alain Cholet, président de la FDL de Maine-et-Loire, sait à quoi s’en tenir avec la commissaire européenne à l’agriculture.
Alain Cholet, président de la FDL de Maine-et-Loire, sait à quoi s’en tenir avec la commissaire européenne à l’agriculture.
© AA
Les quotas n’ont pas leur place dans la Pac réformée… nous devrions les laisser entrer dans l’histoire ». Ces propos, tenus par Mariann Fischer Boel, lors d’une conférence de presse donnée aux Pays-Bas, le 1er février dernier (voir AA 16/2/7), n’ont pas vraiment surpris Alain Cholet. Le président de la FDL de Maine-et-Loire, sait à quoi s’en tenir avec la commissaire européenne à l’agriculture. Ce n’est pas pour cela qu’il partage ce point de vue et il reste farouchement attaché au système qui a fait ses preuves : « Avec le désengagement de l’Union européenne, en 2004, à combien serait le prix du lait sans la maîtrise ? », interroge-t-il. Il reste donc opposé à l’idée d’une libéralisation totale du marché du lait. « Peut-être effectivement que le mot quota va disparaître, cela est d’ailleurs prévu à terme de 2013, mais une nouvelle forme de maîtrise reste à inventer », estime-t-il. Il n’est pas le seul à penser cela. « Les transformateurs, qu’ils soient coopératifs ou privés, sont tous convaincus de l’utilité de la maîtrise de la production, dont découle la maîtrise de la transformation et de l’offre au consommateur ». Cette maîtrise de l’offre organisée au niveau de l’interprofession par une maîtrise des volumes lui semble tout à fait eurocompatible.
Sur le plan pratique, la maîtrise passe par une bonne répartition de la production sur toute l’année, notamment par l’adaptation des vêlages. « Avec l’évolution des troupeaux, tendance vers laquelle on va, la période des vêlages sera de plus en plus étalée tout au long de l’année », estime le producteur de lait, a fortiori dans la région des pays de la Loire, moins propice au pâturage. La régulation y sera plus facile ».
À un an du bilan de santé et à six de l’échéance de la Pac, la réflexion n’en est sans doute encore qu’à ses balbutiements. Instituer une maîtrise volontaire au niveau de l’interprofession, le responsable professionnel ne se berce pas d’illusions, la démarche est encore loin de faire l’unanimité. Que pensent les partenaires européens de cette réflexion ? Ce serait bien de commencer à l’évoquer.
M.L.-R.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités