Aller au contenu principal

Lait
Alain Cholet* : « Privilégions une vision à long terme »

« Les industriels laitiers veulent-ils vraiment faire aboutir une discussion collective et constructive sur le prix du lait ? »

* Président de la Fédération départe-mentale laitière.
* Président de la Fédération départe-mentale laitière.
© AA

Au moment où les services statistiques du ministère de l’Agriculture viennent confirmer la chute du revenu des éleveurs laitiers en 2009, les discussions nationales et régionales sur le prix du lait pour les prochains mois n’ont pu aboutir.
Les industriels ont campé sur une position radicale qui consiste à aligner chaque mois le prix français sur celui de nos collègues allemands. Au cours de ces discussions, consciente de l’importance de notre commerce extérieur, la FNPL n’a jamais voulu occulter l’importance d’une certaine cohérence avec le contexte européen.
Mais l’attitude des industriels se veut-elle constructive pour le moyen terme ou témoigne-t-elle seulement d’une volonté très conjoncturelle de grappiller quelques euros supplémentaires sur le dos de ses fournisseurs ?
En effet, faire un ajustement au mois le mois en fonction du prix allemand n’a aucun sens, compte-tenu de la saisonnalité du prix français. Aucun sens, si ce n’est de vouloir saisir l’opportunité malsaine de réduire la hausse liée à un marché où les clignotants sont tous au vert au moment où les prix français sont plus haut du fait des grilles de saisonnalité. Rappelons d’ailleurs que ce sont ces mêmes industriels qui ont souhaité réécrire ces grilles en début d’année. Soyons réalistes, les prix progressent partout en Europe, et c’est tant mieux car tous les producteurs européens ont fortement souffert l’année dernière. L’écart du prix moyen de 2010 entre la France et l’Allemagne devrait être très faible et pourrait même être en faveur de cette derniere.
Une vision à court terme conduit dans le mur et amène souvent les collèges des industriels à dénoncer des accords récents, ce qui a le don d’agacer les producteurs. Essayons donc d’avoir une vision à long terme tant sur le prix que les volumes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités