Aller au contenu principal

Agronomie
Allier fissuration et couverts végétaux

Le CER FRANCE Maine-et-Loire, le constructeur Actisol et le concessionnaire Modema Agri ont organisé le 13 septembre une journée technique sur les sols au Gaec Bocamauges, à Cholet.

Sur cette parcelle de blé récoltée cet été, il y a eu un passage de fissurateur puis un semis de couvert. Les racines du couvert, profondes, prolongent le travail de l’outil mécanique.
© AA

Associer fissuration du sol avec des outils à dents droites et couverture végétale apparaît comme une solution intéressante pour améliorer la fertilité des sols. La journée de mardi à Cholet, qui a attiré plus d’une 50aine d’agriculteurs, a permis d’en constater les effets sur le terrain. « La fissuration permet de créer de la porosité en profondeur, de ré-oxygéner les sols sans en bouleverser les horizons comme le ferait un labour. Ensuite, on laisse les plantes, les repousses en colza ou les couverts semés après un blé, prendre le relais et faire leur travail », a présenté Cédric Lioton, conseiller en agronomie CERFrance Maine-et-Loire. C’est bien la végétation qui valorise le mieux la fissuration, le chevelu racinaire venant prendre la place de la fissuration ». Il est possible aussi d’injecter des ferments, formés d’un mélange de bactéries et de champignons, derrière la dent de fissuration, afin de booster la vie biologique du sol.


Plantes indicatrices de compaction
Le Gaec Bocamauges a mis à disposition deux parcelles  pour des essais. Sur ces parcelles, les sols sont relativement tassés, un phénomène lié, notamment, aux épandages d’effluents organiques. Sur la première, un passage d’outil de fissuration (Demeter) sur une bande et de décompaction (type Quivogne avec des dents courbées) sur une autre ont été effectués juste après la moisson de colza. Constat ? Là où est passé le décompacteur, on voit beaucoup moins de repousses de colza et plus de blocs en surface. Là où est passé le fissurateur, les repousses de colza sont nombreuses. Les adventices sont aussi beaucoup moins présentes. « Alors que dans la partie du champ qui n’a pas été travaillée, on voit des chardons, des renouées des oiseaux, des vergerettes, qui prennent le dessus. Ces plantes sont d’ailleurs des indicatrices des problèmes de compaction des sols », note Cédric Lioton.
 
10 unités d’azote pour la culture suivante
Sur la deuxième parcelle, un travail de fissuration (à l’outil Demeter) a été fait après la moisson de blé. Un semis de couvert a été fait fin juillet avec un mulcher de surface (Stell’Air) sur une partie et avec un déchaumeur à disque classique sur une autre partie. « Sur la partie mulchée, nous arrivons, même avec les conditions météo de cette année, à avoir du vert, souligne Cédric Lioton. On a estimé que l’on a 10 unités d’azote dans ce couvert qui vont être restitués pour la culture suivante, un ray grass. Au prix de l’azote, ce n’est pas rien ! S’il y avait eu de l’eau et si le trèfle du couvert avait pu lever, il y aurait eu peut-être le triple d’azote restituée ».
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Allier fissuration et couverts végétaux
Le CER FRANCE Maine-et-Loire, le constructeur Actisol et le concessionnaire Modema Agri ont organisé le 13 septembre une journée…
L’inflation plombe son exploitation
Les éleveurs de bovins allaitants sont affectés par une hausse continue des charges depuis plusieurs mois. à Cherré, le jeune…
Bâtir une nouvelle vie autour de son élevage caprin
Au May sur Evre, Mélanie Canivet et Aurélien Rivet sont éleveurs caprins bio depuis le 1er août 2021. A la chèvrerie…
Des farmers irlandais et australiens à Festi’élevage
Des Irlandais et des Australiens, passionnés par la race parthenaise, avaient fait le déplacement au National de la race, à Festi…
Deux foyers cette semaine dans le Maine-et-Loire
Nous n’avions plus connu cela depuis le printemps dernier et la vague d’Influenza qui avait submergé l’Ouest du Maine-et-Loire .…
Rentrée explosive sur le prix du lait
Face à un prix du lait jugé insuffisant, FDSEA et JA demandent des hausses sans délai.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois