Aller au contenu principal

Bâtiments
Allier production laitière  et accueil à la ferme

Lors des journées bâtiment organisées par la Chambre d'agriculture, Nicolas et Anne Berder ont présenté leur nouvel aménagement, combinant élevage et gîtes, à Chemillé-en-Anjou (Saint-Georges-des-Gardes).

Anne et Nicolas Berder dans un des gîtes avec fenêtre donnant sur la stabulation et le paysage des Mauges.
© AA

"Nous avons déconstruit pour reconstruire un bâtiment au même endroit, en gardant le robot de traite à la même place. Nous avions un vieux bâtiment des années 70, qui n'était pas très haut et manquait de ventilation. Nous voulions un bâtiment plus volumineux, plus aéré et plus clair, pour le confort des vaches", a expliqué Nicolas Berder, éleveur, lors d'une porte ouverte organisée avec la Chambre d'agriculture des Pays de la Loire, jeudi 7 décembre.

L'originalité de ce projet, c'est qu'il combine le site de production laitière et deux gîtes, aménagés dans les locaux historiques de l'exploitation, une ancienne salle de traite et une ancienne laiterie. Cette particularité a orienté les choix de construction : "L'objectif était que, depuis les gîtes, l'on puisse voir la stabulation avec les animaux, mais aussi le paysage", résume Stéphane Coutant, conseiller bâtiment à la Chambre d'agriculture. On aperçoit en effet la colline des Gardes depuis les gîtes. Pour cela, la toiture a été réalisée en deux parties indépendantes : une partie principale haute, avec 10 m de hauteur au pignon, et une casquette supplémentaire, un peu plus basse, qui vient recouvrir l'aire d'exercice. "Les gîtes sont intégrés dans la ferme, et cela plaît beaucoup. La moitié de nos clients viennent d'ailleurs pour cela", souligne Nicolas Berder. Depuis leur ouverture il y a deux ans 1/2, les gîtes connaissent un vif succès avec un taux de remplissage de 90 %. Ils sont un excellent moyen de communiquer sur le métier d'agriculteur, complète Anne Berder, qui accueille des clients du monde entier : "en discutant avec eux, nous cassons beaucoup d'idées préconçues sur l'élevage ! Le gîte donne la possibilité d'avoir une fenêtre ouverte sur nos pratiques."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois