Aller au contenu principal

Syndical
Allier proximité, débats et échanges

Le bureau de la FDSEA à la rencontre des adhérents des syndicats communaux. Des réunions ont démarré.

Échanges lors de la réunion du 23 novembre à Jallais.
Échanges lors de la réunion du 23 novembre à Jallais.
© AA

Suite à la journée des présidents communaux FDSEA du 5 octobre, les responsables locaux avaient émis le souhait que les membres du bureau se déplacent dans les communes à la rencontre des adhérents. La FDSEA de Maine-et-Loire re-cense plus de 200 syndicats communaux et une cinquantaine de réunions sont d’ores et déjà programmées par communes ou groupes de communes.
Les premières réunions se sont déroulées à Durtal, Denée, Jallais, ou encore Bocé. Pour Jean-Paul Piet, secrétaire général de la FDSEA, « c’est un investissement en temps pour les responsables mais les adhérents nous font part de leurs inquiétudes en direct. C’est très enrichissant pour tout le monde, et en petit groupe il est plus facile de s’exprimer ».

Être à l’écoute et échanger

L’objectif de ces réunions n’est pas d’arriver avec un ordre du jour bien établi mais de discuter des sujets que les agriculteurs souhaitent et d’exprimer ce qu’ils ont à dire aux responsables.
Le tout dans une discussion qui se veut sans tabou et où tous les avis sont les bienvenus. Pour Dominique Janus, responsable de la région Baugeois et présent à Bocé, le syndicalisme doit demeurer une structure ouverte aux débats : « Il faut conserver des lieux qui permettent aux agriculteurs de se mettre autour d’une table et d’exprimer leurs positions. Les responsables ne sont pas là pour porter la bonne parole mais pour écouter ce que les gens ont à dire et échanger des idées. On n’est pas toujours d’accord entre nous et c’est cela qui fait la richesse des débats ».
Car l’époque suscite bien des contradictions. L’information n’a jamais été aussi présente via les journaux, les revues, internet… Mais rien ne remplace les réunions, la rencontre et l’échange avec d’autres agriculteurs. Un des maux actuel de l’agriculteur, c’est l’isolement lié souvent à des charges de travail importantes et l’impression que l’on n’a plus besoin des autres. Les réunions sont aussi un moyen de confronter ses idées et ses difficultés et trouver des solutions ensemble. Ce n’est jamais du temps de perdu.

D. B.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Le système lisier leur allège la tâche
Au Fief-Sauvin (Montrevault-sur-Evre), le Gaec des Mardreaux a choisi de passer d’un système logettes paillées à un système tout…
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités