Aller au contenu principal

Justice
Amende Viande bovine : les syndicats vont faire appel

Le 16 mai, à Strasbourg, des délégations de la FNSEA, de JA, de la FNB et de la FNPL avaient porté aux députés européens plus de 1 000 signatures de soutien.
Le 16 mai, à Strasbourg, des délégations de la FNSEA, de JA, de la FNB et de la FNPL avaient porté aux députés européens plus de 1 000 signatures de soutien.
© Anjou agricole
La justice européenne a confirmé, mercredi 13 décembre, la décision de la Commission de Bruxelles de condamner lourdement la filière bovine française pour un accord visant à limiter les importations et à fixer un prix minimal d’achat en 2001, au plus fort de la crise de la vache folle. Le tribunal s’est contenté d’ajuster légèrement le montant de l’amende, la faisant passer de 16,68 millions à 11,97 millions d’euros. La FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) devra s’acquitter de 9 millions d’euros, la FNB (Fédération nationale bovine) et la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) de 1,08 million chacune.  Jeunes agriculteurs écope de 450 000 euros d’amende et la FNCBV (Fédération nationale de la coopération bétail et viande), de 360 000 euros. Ces organisations ont deux mois pour faire appel de la décision du tribunal, mais uniquement sur des points de droit. Un éventuel pourvoi leur permettrait de reporter le paiement des amendes. Les juges européens ont conforté la position de la Commission : les syndicats agricoles sont des « associations d’entreprises ». À ce titre, le gendarme de la concurrence est en droit de prendre comme base du calcul du montant de l’amende le chiffre d’affaires de leurs adhérents, ont fait valoir les juges. Mais surtout, rappellent-ils, « les règles communautaires de la concurrence sont applicables au domaine agricole ». « C’est une sanction inique et démesurée », ont affirmé dès mercredi soir, dans un communiqué, la FNSEA, JA et les organisations spécialisées, à l’annonce de la décision de justice. « Alors que les éleveurs étaient au fond du trou (lors de la crise de la vache folle), c’est la FNSEA, JA et ses associations spécialisées qui ont pris tous les risques pour défendre le revenu des paysans. C’est une leçon de courage syndical ». Cette initiative avait reçu l’aval du gouvernement français et de Jean Glavany, alors ministre de l’Agriculture. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités