Aller au contenu principal

Prix agricoles
Appel à la mobilisation le 18 mai

Le lait, dont les prix chutent, mais aussi le porc, la viande bovine, ou les céréales : toutes les productions souffrent. Les agriculteurs vont aller rencontrer les pouvoirs publics lundi prochain. Ils veulent que chaque maillon de la filière mette ses chiffres sur la table, en toute transparence.

Pour dénoncer l’attitude des entreprises, les producteurs de lait vont interpeller directement les pouvoirs publics, lundi prochain. Ils les accusent de laisser-faire.
Pour dénoncer l’attitude des entreprises, les producteurs de lait vont interpeller directement les pouvoirs publics, lundi prochain. Ils les accusent de laisser-faire.
© AA

Samuel Aubert, responsable JA du dossier lait

Maintenir le rôle de l’interprofession

Les laitiers ont reçu leur paie de lait. Qu’en pensez-vous ?
Samuel Aubert : La première chose que je veux dire, c’est qu’il est inadmissible qu’il ait fallu attendre quasiment la mi-mai pour savoir le prix que les producteurs de lait allaient percevoir. Et nous ne sommes pas d’accord non plus sur le fait que le prix soit imposé sans concertation. C’est une mise à mal de l’interprofession laitière.

C’est une organisation à laquelle vous tenez ?
Absolument. Notre projet JA et JA Ouest est précisément de renforcer cette  interprofession laitière afin de tenir un discours commun sur les prix, les volumes… et ce, en cas de disparition des quotas. Que ce ne soit pas les  entreprises qui mènent la danse sur les volumes à produire.

Les JA manifesteront lundi 18 ?
À coup sûr. Il y a déjà des blocages de camion dans toutes les régions. La tension va monter en puissance d’ici lundi. Mais si nous en sommes là, c’est parce que les pouvoirs publics ont déstructuré le travail de l’interprofession lorsque la répression des fraudes a pointé du doigt son fonctionnement. Le ministre de l’Agriculture a eu beau la réhabiliter : le ver était dans le fruit et les entreprises se sont engouffrées dans la brèche. À cela s’ajoute la dérégulation qu’impliquent les décisions des pouvoirs publics au niveau européen. Mais cette manifestation ne concerne pas que le lait. La Loi de modernisation économique est passée par là et ce sont toutes les productions agricoles qui peuvent être concernées demain. Tous les agriculteurs doivent se sentir solidaires.

Cette baisse subie du prix du lait pose-t-elle des problèmes plus aigus pour les jeunes agriculteurs ?
Les jeunes installés ont beaucoup  d’investissements ; ils disposent donc d’encore moins de trésorerie que  d’habitude. Ils font face à leurs
remboursements d’emprunts, ils paient leurs charges et il ne leur reste rien pour vivre. La situation est également très délicate pour les candidats à  l’installation. Sur quel chiffre se baser pour réaliser une étude prévisionnelle ? Les banques commencent à être
réticentes et il est possible que des installations soient bloquées. C’est  pourtant sur les jeunes que repose  l’avenir de l’ensemble de la filière.

Propos recueillis par M.L.-R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Régis Baudouin
Face à l’ampleur des dégâts, il veut protéger tout son verger contre le gel
A Villebernier, l'arboriculteur Régis Baudouin estime avoir perdu plus de la moitié de sa production de fruits à cause des gelées…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités