Aller au contenu principal

Après les équins, un veau mutilé près d’Angers

Le week-end dernier, un veau a été mutilé et tué dans un pré à Cantenay-Epinard. Depuis, l’éleveur et des voisins s’organisent pour mettre les troupeaux sous surveillance.

Jean-Pierre Dolbois, éleveur à la ferme du Petit Vaux à Cantenay-Epinard, près d’Angers : « pour moi c’est un crime et il faut retrouver les coupables rapidement ».
Jean-Pierre Dolbois, éleveur à la ferme du Petit Vaux à Cantenay-Epinard, près d’Angers : « pour moi c’est un crime et il faut retrouver les coupables rapidement ».
© AA

Jean-Pierre Dolbois a du mal à trouver le sommeil ces derniers jours. Dimanche dernier cet éleveur de Cantenay-Epinard a constaté qu’il manquait une génisse de deux mois dans son troupeau de limousines. Il l’a retrouvé « baignant dans son sang, les deux oreilles coupées, ainsi que la langue, le museau et la moitié de la queue ». Tout avait été emmené, aucun des organes découpés n’a été laissé sur place. En autopsiant le veau, le vétérinaire s’est aperçu qu’il avait reçu une flèche afin de l’immobiliser.
« On se demande qui peut faire des monstruosités pareilles et surtout pourquoi », s’interroge l’éleveur.
Il a aussitôt prévenu les services de gendarmerie. L’enquête est en cours, confiée à la brigade de Segré qui croise actuellement toutes les informations reçues ces derniers temps. Mais pour le moment, aucune piste sérieuse.


Des rondes nocturnes s’organisent
Cette mutilation d’animaux est la énième depuis plusieurs semaines, mais la nouveauté c’est que les auteurs s’en prennent désormais à des bovins. Plusieurs cas ont été remontés, dont un en Sarthe.
Pendant ce temps, Jean-Pierre Dolbois est sur le qui-vive  : « on devient méfiant et on est à l’affût du moindre bruit ».
La solidarité agricole se met en place, avec des rondes organisées la nuit pour surveiller les troupeaux. Une situation inquiétante, car un dérapage peut vite arriver en cas de confrontation avec des personnes mal intentionnées. La gendarmerie appelle d’ailleurs à ne pas intervenir directement mais à signaler toute information immédiatement en composant le 17 ou en appelant la gendarmerie locale.

D.B.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités