Aller au contenu principal

CRDALS
Atelier presse à huile d'Ambillou : la phase de mise en place

Denis Asseray fait le point sur l'avancement du projet de presse à huile fixe.

Où en est le projet de presse à huile fixe à Ambillou-Château ?
Denis Asseray* : En gestation depuis plus de deux ans, l'atelier presse à huile d'Ambillou-
Château est sur les rails. Suite au feu vert donné par la Communauté de communes du Gennois, nous en sommes actuellement au chiffrage du projet. Il faut dimensionner l'atelier, c'est-à-dire prévoir les plans, le stockage, l'atelier de pressage, l'organisation du site...

Les agriculteurs du territoire se mobilisent-ils ?
Bon nombre d'agriculteurs ont manifesté de l'intérêt pour cet outil. Pour les éleveurs bovins, il s'agit d'une plus grande autonomie alimentaire, avec la possibilité d'avoir à disposition pour leurs animaux des tourteaux issus de colza principalement. Pour les éleveurs de chèvres aussi l'intérêt est certain avec l'obtention de tourteaux de tournesol cette fois-ci plus riches en fibres, améliorant la digestibilité de la ration. Pour les céréaliers qui seront donc uniquement apporteurs, ce projet offre la possibilité de diversifier leur assolement et de valoriser leur production oléagineuse. D'autre part, au travers du Grenelle de l'environnement, la diminution d'utilisation de produits phytosanitaires conforte ainsi leur engagement.

Comment le projet se met-il en place ?
La structure qui aura vraisemblablement le profil d’une Cuma sera mise en place avant l'automne. Plus de cent agriculteurs sont prêts à s'engager sur des surfaces de colza et tournesol, ce qui nous permet d'ores et déjà d'atteindre un rapport économique optimum pour le fonctionnement de l'outil. De toute façon, les surfaces engagées seront limitées à 1 200 hectares.

Quel est l'intérêt global du projet pour les agriculteurs ?
Dans le contexte de volatilité des cours et de phénomènes spéculatifs, il faut chercher à être autonome pour sécuriser les systèmes d'exploitation et faire diminuer les coûts de production. Ce projet d'huilerie permet d'aller dans ce sens en s'appuyant sur une véritable dynamique de territoire.

Propos recueillis
par Camille Chenu, CA 49

*Président du CRDA Layon-
Saumurois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités