Aller au contenu principal

Pac et DPU
Avance sur les aides confirmée

Une partie des aides sera bien versée le 16 octobre prochain.

Le ministre de l’Agriculture a confirmé le versement au 16 octobre d’une avance sur les aides Pac, répondant ainsi favorablement à la demande de la FNSEA.
Sous réserve des dispositions finales de la Commission européenne, le taux d’avance sera de 50 % pour :
- la seule partie “historique” de l’aide découplée (DPU), c’est-à-dire sans tenir compte des nouveaux découplages 2010 dont l’instruction n’est pas encore terminée (notamment les nouveaux soutiens à l’herbe et au maïs) ;
- les aides aux ovins et caprins.
En ce qui concerne la PMTVA, le taux est fixé à 60%.
Les aides du 2nd pilier feront bien l’objet d’avances à hauteur de 75 % sans nécessité de démarche spécifique, à partir du 15 septembre pour l’ICHN et du 15 octobre pour la PHAE.

Toutes les aides ne sont pas concernées
Les aides suivantes ne feront pas l’objet d’un paiement d’avance en 2010, du fait de la finalisation de leur instruction et de la fixation complexe des montants unitaires :
- aide à la diversité des assolements, aide supplémentaire aux protéagineux, soutien à l’agriculture biologique ;
- aide aux veaux sous la mère et aux veaux bio ;
- prime aux protéagineux ;
- aide à l’assurance récolte.

Tout le monde ne sera pas bénéficiaire
Comme l’an passé, les dossiers d’aide qui feront l’objet d’une avance sont ceux qui seront instruits au plus tard fin septembre. Pour les dossiers dont l’instruction n’est pas achevée à cette date (notamment ceux ayant eu des contrôles administratifs et sur place), il ne sera pas versé une avance car les opérations permettant les paiements de décembre auront débuté. Déjà en 2009, des dossiers n’avaient pu béné-ficier de l’avance en raison de l’application de ce principe. Cela est dénoncé auprès de Bruxelles par la FNSEA qui y voit une double sanction.
L’avance totale devrait donc être d’un montant de 3 milliards d’euros (sur les 8 milliards d’euros à payer en 2010) contre 5 milliards d’euros en 2009.

Damien Boussiron

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités