Aller au contenu principal

MAE
Bilan 2008 des MAE : satisfaisant mais pourrait mieux faire

Plus de 150 exploitations engagées pour la protection de l’eau et de la biodiversité.

Les engagements agri-environnementaux en zone Natura 2000
Les engagements agri-environnementaux en zone Natura 2000
© AA

Pour la deuxième année de mise en œuvre des mesures agri environnementales (MAE) territorialisées, les exploitations se sont largement engagées, tant pour le renouvellement de mesures existantes (CAD, CTE…) que pour de nouveaux contrats. C’est pour le maintien et la préservation de la biodiversité que l’on enregistre la plus forte participation. Près de 100 exploitations ont déposé des dossiers en 2008 pour un montant engagé sur 5 ans de près de 1 500 000 €. Il s’agit principalement de renouvellement mais l’on peut noter de nouveaux dossiers, notamment dans la zone de la Champagne de Méron où les MAE ont été proposées dans la continuité des contrats jachères faune sauvages qui existaient jusqu’alors.

Reconquête de la qualité
Pour la protection de l’eau, le dispositif est plus récent mais la contractualisation est aussi au rendez-vous avec plus de 40 contrats engagés en 2007 sur les deux bassins versants de l’Araize et du Ribou auxquels s’ajoutent 26 contrats en 2008 sur ces deux bassins, et celui de Freigné. La reconquête de la qualité de l’eau sur ces secteurs est essentielle pour la continuité des exploitations sur le territoire. Si sur l’Araize (sous-bassin de l’Oudon), les contractualisations sont encore timides, sur le Ribou, un tiers des exploitations sont désormais engagées. Sur ce bassin, le programme de reconquête de la qualité de l’eau est financé et piloté par la Communauté d’agglomération du Choletais. Son volet agricole est animé par la Chambre d’agriculture en étroite concertation avec l’association des agriculteurs du Ribou-Verdon. La dynamique est lancée et il n’y a pas d’inquiétude pour le renouvellement : « Parmi les agriculteurs qui avaient contracté des CAD, je n’ai pas connaissance d’exploitations qui seraient revenues en arrière », témoignait Dominique Girard président de l’association (l’Anjou agricole du 5 décembre 2008). Les MAE concernent aussi la conversion à l’agriculture biologique. 21 exploitations ont bénéficié de la mesure en 2008.

S.P.-F.O.-V.G.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités