Aller au contenu principal

Porc
Blocage à l’interprofession porcine

Pas de consensus à Inaporc sur la mention d’origine des produits porcins à la réunion du 25 novembre.

Malgré les actions coup de poing de blocage menées par les éleveurs porcins les 22 et 24 novembre partout en France, la Fédération des industriels charcutiers et traiteurs (Fict) refuse toujours d’afficher la mention de l’origine sur l’ensemble des produits, en particulier la mention VPF (Viande porcine française). Le conseil d’administration exceptionnel de l’Interprofession porcine Inaporc, organisé le 25 novembre, n’a pas abouti sur le consensus réclamé par les éleveurs de la Fédération nationale porcine (FNP), après un premier échec le 3 novembre dernier.
Les industriels charcutiers et traiteurs ne sont prêts à afficher l’origine que sur un nombre limité de cas, contrairement aux autres maillons de la filière. La Fict propose en effet de seulement « compléter l’information aux consommateurs sur l’origine des viandes porcines utilisées dans la fabrication des charcuteries salaisons », a-t-elle indiqué àl’issue de la réunion. Mais la Fédération d’industriels, qui transforme près des deux tiers de la production porcine française, défend aussi sa demi-réponse. « La réglementation (européenne) prévoit l’indication volontaire de l’origine des matières premières utilisées dans les produits éla-borés », explique la Fict, ajoutant que cette mesure « ne peut pas être généralisée dans le contexte actuel de la concurrence européenne ».

Ambiguïté de la distribution

La FNP a immédiatement déploré l’attitude de la Fict mais également la position ambiguë de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) qui accepte de signer l’accord sur l’origine mais se refuse à l’appliquer sans consensus interprofessionnel. Les éleveurs porcins déplorent aussi la décision du Comité régional porcin breton, de Coop de France Bétail et viande et des abatteurs (Sniv-SNCP) qui ont décidé de bloquer les financements d’Inaporc en l’absence d’accord. Finalement, la FNP « regrette qu’aucune avancée n’ait pu être obtenue vers une meilleure commercialisation de la production française » .

Actuagri

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités