Aller au contenu principal

Bovins : faire les bons choix pour ­passer la crise

Au cours de la session qui se déroulait à la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, lundi 19 septembre, la Chambre d’agriculture s’est penchée sur la filière bovine du département.

Pascal Gallard, président du pôle élevage CA 49 ; Pierre Bessin, directeur de la DDT ; François Beaupère, président de la Chambre d’agriculture ; Bertrand Galisson, conseiller CA 49 en viande bovine et François Battais, conseiller CA 49 en lait.
Pascal Gallard, président du pôle élevage CA 49 ; Pierre Bessin, directeur de la DDT ; François Beaupère, président de la Chambre d’agriculture ; Bertrand Galisson, conseiller CA 49 en viande bovine et François Battais, conseiller CA 49 en lait.
© AA

Réfléchir à l’adaptation des exploitations ligériennes à la crise, tel était le but de la session de la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire qui se déroulait à la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, lundi 19 septembre. Au cœur du débat, la crise bien sûr mais aussi les réponses à apporter et les erreurs à ne pas commettre pour que les éleveurs puissent se dégager un revenu raisonnable.

L’extension : pas ­forcément une solution
Résumant plusieurs années de collecte de données et d’expérimentation, l’intervention de François Battais, conseiller à la Chambre d’agriculture, sur la production laitière a mis en évidence qu’il n’y a « pas de réelle économie d’échelle avec plus de volume produit par exploitation. Le gain de productivité par travailleur en augmentant le volume est aussi très restreint ». Pour avoir un repère plus intuitif, le conseiller préconise de se limiter à 50-55 vaches par UTH. « Au delà, il devient difficile de suivre correctement le troupeau. En moyenne, le revenu par UTH n’est pas non plus augmenté », continue François Battais. Dans la continuité, les deux conseillers, François ­Battais pour le lait et Bertrand ­Galisson pour la viande bovine, ont insisté sur la nécessité de ne pas se précipiter dans l’investissement. « Il ne faut pas essayer de faire en 15 ans ce que nos parents ont fait en 30 », commente François ­Battais qui conseille la modernisation des bâtiments plutôt que la construction de nouvelles structures. « Une installation avec la volonté de construire un nouveau bâtiment, ça ne passe pas », explique Bertrand ­Galisson, avant de rappeler que les performances des bâtiments chez les bovins « n’ont pas eu de progrès significatifs comparés aux autres élevages ». Investir dans de telles structures est donc, pour lui, un choix qui doit se faire après mûre réflexion et seulement si le besoin s’en fait réellement ressentir.

 

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 23 septembre 2016.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Fermes en fête : le pari réussi des JA49
Après une trop longue période et un contexte qui n’a pas permis au réseau JA de se retrouver. Fermes en Fête relance la dynamique…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Terrena veut ouvrir l’ère de l’Agriculture à Impacts Positifs
L’AG de Terrena s’est déroulée mardi 15 juin, en présentiel au Centre des congrès d’Angers et avec une retransmission en live en…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Deux projets de loi cruciaux pour l’agriculture
FDSEA et JA  ont rencontré les parlementaires sur deux dossiers majeurs du moment examinés  par l’Assemblée nationale et le Sénat.
La hausse des prix et la pénurie des matériaux inquiètent
Acier, cuivre, matières plastiques, bois... Après une chute mondiale en 2020, les prix de ces matières premières connaissent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités