Aller au contenu principal

Élevage
Brunes : le concours interrégional se déroulera à Chemillé en 2011

Entre 60 et 70 animaux de Bretagne, Pays de la Loire, et Normandie représenteront la race au concours .

Thierry Lore, président du Syndicat brunes 49, ici au premier plan, va laisser ce poste à un autre éleveur dans quelques jours pour s’investir au niveau de la Fédération Brune Ouest.
Thierry Lore, président du Syndicat brunes 49, ici au premier plan, va laisser ce poste à un autre éleveur dans quelques jours pour s’investir au niveau de la Fédération Brune Ouest.
© AA

En septembre 2011, le concours interrégional brunes se déroulera lors du Festival de l’élevage de Chemillé. « Pour la brune de l’Ouest, c’est un événement majeur », se réjouit Thierry Lore, président du syndicat de Maine-et-Loire. Entre 60 et 70 animaux des Pays de la Loire, de Bretagne et de Normandie devraient participer au concours. Dans l’Ouest, on compte 3 500 vaches brunes contrôlées sur les 18 000 en France. La race est structurée en trois grandes régions : l’Est, le Sud (Aveyron, Cantal) et l’Ouest. « L’Ouest est maintenant reconnu et représentatif au sein de la race, poursuit Thierry Lore. Nous ne sommes plus seulement acheteurs d’animaux mais aussi géniteurs ».  Les éleveurs, qui s’employaient jusque-là à construire leurs troupeaux, ont à présent des génisses à vendre.Les éleveurs de Maine-et-Loire participent à de nombreux concours : l’interrégional de Béré (Châteaubriant) en 2009, où11 animaux angevins étaient présents, celui de Saint-Brieuc qui aura lieu le 30 mai prochain, mais aussi, le Space de Rennes,  le Sommet de l’élevage de Cournon, et bien sûr le départemental de Chemillé : 31 brunes  en 2009, 40 brunes espérées en 2010, avec, souhaite le syndicat, de nouveaux éleveurs à participer.Le syndicat brune 49 tenait son assemblée générale jeudi 18 mars, à La Quantinière, en même temps que le syndicat jersiais (lire ci-dessous). Une première pour ces deux races aux petits effectifs, regroupées dans le même OES, et qui ont pu débattre l’après-midi, autour d’un thème de réflexion commun (les coûts alimentaires), développé par un nutritionniste, AlainPerrard. Cette nouvelle organisation a permis de réduire les coûts. Le directeur de l’EOS BGS (génétique brune et jersiaise), Olivier Bulot, s’était déplacé pour cette double assemblée. « Avec le prix du lait actuel, beaucoup d’éleveurs s’intéressent à la race brune pour valoriser leur production, expliquait-il. Compte tenu des taux, les brunes réalisent une plus-value de 30 à 50 euros par 1 000 litres. » Entre autres qualités, la brune est appréciée des éleveurs pour sa rusticité, sa longévité et son tempérament docile.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités