Aller au contenu principal

Céréalier et pilote de montgolfière

Céréalier, Damien Hacault est aussi pilote de montgolfière. En août, il participera, dans les airs, au meeting de l'association Arc-en-Ciel d'Anjou.

Damien Hacault aime l'adrénaline. D'abord pilote de moto, sur route et tout terrain, il est passé " à la troisième dimension" grâce au mari de sa cousine, champion de parachutisme. " J'ai découvert ce sport en 1994, l'année de mon mariage, raconte-t-il. Sauter en parachute est ce qui m'a donné ma plus intense sensation. Mais c'est le moment de vol planant qui m'a le plus ravi". Damien Hacault se met alors au parapente, pour lequel il passe le brevet de pilote, et à l'ULM.

Si sa passion l'emmène dans les airs, son métier le ramène sur terre. Damien Hacault est céréalier à Brissac-Loire-Aubance (Les Alleuds). Il a repris l'exploitation et l'entreprise de travaux agricoles, créée par son père en 2001, après avoir longtemps travaillé avec lui. Sur 85 ha, il cultive des céréales sur un sol majoritairement sableux, sans irrigation, ne "chassant pas le dernier quintal" mais regardant plutôt la marge brute.

Membre d'Arc-en-Ciel d'Anjou

"Quand je suis devenu chef d'entreprise, j'ai préféré arrêter les sports à risque, confie-t-il. Mais j'ai continué à m'engager dans les associations, notamment  la toute nouvelle Arc-en-ciel d'Anjou". En 2003, Damien Hacault s'occupe de la gestion informatique des événements organisés par ces passionnés de montgolfières. Proche des ballons, il va les admirer lors des meetings. En 2013, il intègre l'équipe de direction des vols et se lie d'amitié avec des pilotes. "Un jour, l'un d'eux m'a laissé la main à bord du ballon : j'ai adoré, déclare-t-il. C'était à la fois compliqué et ludique car il faut jouer avec l'inertie du ballon et les masses d'air". Damien Hacault se décide alors a entamé sa formation de pilote de montgolfière. Il obtient son brevet en 2020. Sésame soumis à une visite médicale, tous les deux ans (en tant qu'amateur), par un praticien agréé en aéronautique. "Et il ne sont pas nombreux", souligne-t-il.

Survol de la Loire

Damien Hacault a décollé pour la première fois en mars 2021 dans sa montgolfière, arborant l'ancien logo du Conseil général et achetée d'occasion à un ami pilote. "Je suis parti d'un champ, à côté du siège de mon exploitation et nous avons volé au-dessus de la Loire avant de se poser à Saint-Mathurin, décrit-il. Depuis, je trouve que la Loire, au lever du soleil, est le plus beau paysage". Car  le céréalier vole en ballon "à 90% le matin", au moment où les conditions météorologiques sont  les plus favorables. Après un coup d'œil aux différents outils de mesure - dont le réseau d'anémomètres agricoles à proximité-, Damien Hacault confirme ou non sa sortie. La direction du vent décide aussi de son lieu de décollage. " Avec un vent d'Est, je peux partir des Rosiers-sur-Loire, cite-t-il par exemple. Et arriver vers Coutures ou Chemellier". Le lieu d'atterrissage, indéterminé au moment du décollage, se décide en vol, en fonction des disponibilités des terrains, majoritairement dans des parcelles agricoles. "C'est plus problématique en avril/, soit en début de saison, car les champs ne sont pas encore moissonnés, indique-t-il. Mais on arrive toujours à trouver un lieu dégagé". Au sol, l'une de ses équipières - sa sœur et une amie membre de l'association- suit sa trajectoire et le rejoint  avec la remorque dans laquelle il faudra remonter la nacelle et le ballon.

Convivialité et compétition

Pilote amateur, Damien Hacault aime partager " la vue d'en haut" et accueille régulièrement des passagers dans sa nacelle. "Tout le monde participe à l'installation et au rangement du ballon, dit-il. Et à la fin, la sortie se termine autour d'une collation sur la remorque. J'aime beaucoup la convivialité qui règne dans ce monde des montgolfières". Un monde où chacun se connaît et qui va se retrouver du 17 au 18 août à Brissac-Loire-Aubance pour la traditionnelle montgolfiade. À l'occasion du vingtième anniversaire de l'association Arc-en-Ciel, le meeting réunira 39 ballons qui devraient décoller du parc du château.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le Maine-et-Loire brille à Chemillé
La race charolaise était à l’honneur cette année au Festi’élevage qui accueillait le concours inter-régional de la race, reconnu…
Un cheptel constitué grâce à son ancien maître d'apprentissage
À Orée d'Anjou (Bouzillé), Thomas Réthoré a monté son élevage en achetant des génisses à son ancien maître d'apprentissage,…
Ils ont repris un élevage  à fort potentiel génétique 
À Saint-Lézin, Émilie Ergand a repris fin 2020 le cheptel de l'éleveur-sélectionneur Loïc Bossoreille. Le cédant et la jeune…
Stagiaire, apprenti, salarié, associé
Mathieu Chauvé, éleveur de rouge des prés et de rouges de l'Ouest à Yzernay, a un nouvel associé qui n'est autre que son ancien…
Réunis par la passion pour la sélection
Non issu du milieu agricole, Jérémy Blaiteau a pris la suite de Claude Cesbron, après avoir été son salarié pendant dix ans. Ils…
L'élevage séduit le public à Chemillé
Chemillé-en-Anjou a accuelli ce week-end la 27ème édition de Festi'Élevage. Placée sous le signe de la race charolaise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 166€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois