Aller au contenu principal

Elevage
Cette année, Festi'élevage met la charolaise à l'honneur

La 27ème édition de Festi'élevage se tiendra les vendredi 1er, samedi 2 et dimanche 3 septembre, dans le cadre de la foire-exposition, au Théâtre-Foirail de Chemillé-en-Anjou.

Benoit Cesbron, président de Festi'élevage ; Cyril Charles, commissaire général lait ; Bruno Ragon, secrétaire général du festival ; Jean-Robert Tijou, président du syndicat charolais de Maine-et-Loire.
© AA

Après deux années d'interruption, en 2020 et 2021, le festival de l'élevage est bel et bien reparti : "c'est même mieux qu'avant Covid !", se réjouit Benoit Cesbron, président de Festi'élevage. Les stalles installées au Théâtre-Foirail vont faire le plein cette année : on y attend 550 bovins, venant de 56 élevages laitiers et de 74 élevages allaitants, 50 ovins, issus de 9 élevages, et 50 caprins, de 6 élevages. Preuve de l'engouement pour le festival : "Nous avons même dû refuser des animaux", explique Benoit Cesbron. Au programme de ce week-end, des concours départementaux dans 4 races laitières (prim'holstein, brune, normande, jersiaise) et 5 races à viande (blanc-bleu, rouge des prés, blondes d'Aquitaine, limousines, parthenaises), ainsi qu'en ovins rouge de l'Ouest et en caprins.

140 animaux charolais

Point d'orgue de cette édition, le concours inter-régional de la race charolaise, qui occupera le grand ring. Cet événement est organisé par la Fédération charolaise des Pays de la Loire, avec la participation du Herd-Book et du syndicat de Maine-et-Loire. Il rassemblera 140 bovins provenant de 38 élevages des Pays de la Loire, des Deux-Sèvres et du Calvados. Il sera jugé par deux juges de l'Allier. "Nous sommes très satisfaits de la participation annoncée", souligne Jean-Robert Tijou, le président du syndicat charolais 49. Les animaux primés lors de cet inter-régional pourront participer ensuite au concours national qui se déroulera début décembre à Moulins.

Des sponsors au rendez-vous

Le festival est un rendez-vous incontournable pour les partenaires de l'élevage qui ont, une fois encore, répondu présent : "le nombre de nos sponsors augmente. De l'amont à l'aval de la profession, ils viennent rencontrer ici leurs clients. Nous avons des marchands de matériels, des abattoirs, des laiteries, des banques, des assurances, des centres de gestion..., explique Bruno Ragon, le secrétaire général de Festi'élevage. On note cette année une augmentation des exposants dans les secteurs des bâtiments d'élevage et des panneaux solaires".

Avant le démarrage des concours, samedi, la journée de vendredi 1er septembre est consacrée aux jeunes. Venant du Campus de Pouillé, des MFR de Chemillé et de Segré, de l'Iréo de Beaupréau, ils assisteront à des ateliers sur les filières, la sécurité et la contention, le pointage, la découpe de la viande... Samedi, des jeunes participeront au concours de pointage, en vue d'une qualification pour le Salon de l'agriculture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois