Aller au contenu principal

Chez Espace Emeraude, on vend... et on répare

Créé en Maine-et-Loire il y a 40 ans, Espace Emeraude rayonne aujourd’hui sur toute la France. L’enseigne angevine fait de la durabilité et de la réparabilité des matériels sa priorité.

Atelier de l’Espace Emeraude Les Ponts-de-Cé. L’enseigne va renforcer ses compétences en réparation, en embauchant des apprentis.
Atelier de l’Espace Emeraude Les Ponts-de-Cé. L’enseigne va renforcer ses compétences en réparation, en embauchant des apprentis.
© AA

« On a l’habitude de dire que nous faisons dans l’utile, pas dans le futile », résume Jean-Marc Hupé, le directeur général du groupe Espace Emeraude. L’enseigne angevine propose depuis 40 ans des biens d’équipement de la maison et du jardin, s’adressant aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels (agriculteurs, artisans du bâtiment, professionnels des espaces verts...). Elle a été créée en 1980 par Claude Batardière, gendre du fondateur de Modema, Jean Besnard. Et depuis, elle n’a cessé de se développer.
Aujourd’hui, Espace Emeraude, c’est 79 points de vente en France, dont 4 en Maine-et-Loire. Le groupe est resté familial puisque le capital est détenu à 80 % par la famille Batardière. Il a réalisé, en 2020, un chiffre d’affaires de 278 millions d’euros, en hausse de 10 % en moyenne sur la globalité des magasins, mais avec des disparités importantes.

Performances économiques et durabilité
Pour les prochaines années, l’enseigne se donne pour objectif de concilier performance économique et durabilité. « Nous cherchons à redonner du sens à ce que l’on fait, poursuit Jean-Marc Hupé. Nous restons dans la ruralité, la proximité, puisque nos clients sont nos voisins. Et nos clients aiment les choses qui durent ! ». Le réseau compte s’appuyer sur la présence d’ateliers dans tous ses magasins pour proposer à ses clients de réparer davantage les matériels. « Nous avons des compétences en mécanique, électromécanique, électricité... Nous pouvons réparer aussi bien des tracteurs diesel que des robots de tonte. Avec ce super capital, nous pouvons faire en sorte que tous les produits que l’on vend soient réparables.» Un effort particulier va être porté sur l’apprentissage, avec 15 à 20 apprentis présents dans les ateliers des magasins intégrés du groupe d’ici l’été 2021, et le recrutement de jeunes commerciaux en alternance. Le groupe a aussi sollicité les services d’une entreprise de design nantaise pour imaginer un prototype d’atelier innovant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités