Aller au contenu principal

Christiane Lambert, officier de la légion d'honneur

Jeudi 14 mars, à l'ESA, Christiane Lambert a reçu la médaille d'officier de la légion d'honneur des mains de Luc Guyau, sous le haut patronnage d'Erik Orsenna et de Julien Denormandie.

Rien n'avait été laissé au hasard. Pour sa remise de médaille d'officier de la légion d'honneur, Christiane Lambert avait choisi avec soins le lieu, la circonstance et les personnes. C'est d'abord en Anjou, "chez elle", que la productrice de porcs et ancienne présidente de la FNSEA (2017-2023) souhaitait vivre cet événement. "Je dédie la moitié de cette médaille à ma famille, mon point d'ancrage, mon havre de paix", annonce-t-elle d'emblée. Et c'est au sein de l'ESA (école supérieure des agriculteurs) d'Angers, que "cette fervente défenseuse de la formation" a décidé de recevoir cette distinction. "Un beau symbôle" souligné par Julien Denormandie.

Personnes inspirantes

L'ancien ministre de l'Agriculture est l'une des trois "personnes inspirantes" dont Christiane Lambert a voulu s'entourer. Le remerciant pour sa confiance, elle a rappelé leur "culture commune du résultat" et leur "vision partagée" pour l'agriculture. "Par gros temps, il était appréciable de travailler avec un homme politique comme vous, témoigne-t-elle. Nous avons fait plus en deux ans qu'avec d'autres en trois". En réponse, Julien Denormandie l'a encouragée à "poursuivre son combat à l'échelle de l'Europe" en tant qu'actuelle présidente du Copa-Cogeca, n'oubliant pas, au passage, de citer un proverbe auvergnat, clin d'œil à ses origines cantaliennes.

Christiane Lambert a également sollicité le haut patronnage de son "ami de 15 ans", Erik Orsenna, son "académicien préféré". Avec lui, elle a poursuivi "le travail d'ouverture engagé par Xavier Beulin". "Indéniablement, un fossé de compréhension s'est creusé entre l'agriculture et la société et nous avons besoin d'alliés comme toi pour retisser du lien", admet-elle, le remerciant d'avoir été son "critical friends" pendant ses années de présidence à la FNSEA.

"Engagez-vous"

Pour lui remettre sa médaille, l'Angevine a fait appel à Luc Guyau, représentant le syndicalisme agricole, "sa deuxième famille". "Tu m'as précédé à la présidence du CNJA, à la FNSEA et au Copa, rappelle-t-elle. Preuve de la continuité des engagements dans notre famille professionnelle". C'est d'ailleurs en incitant les étudiants à s'engager que Christiane Lambert a conclu son discours. "Sachez dire oui, un oui franc, un oui je le veux pour participer, militer, prendre une responsabilité et vous découvrir heureux de vous sentir utile aux autres ou à une cause. Osez le débat contradictoire,  ne restez pas dans votre couloir de nage qui mène à la radicalité, alerte celle qui est aussi la marraine de la promotion ingénieur 123 de l'ESA. Soyez prêts pour l'imprévu : rien n'est tracé dans une vie professionnelle, encore moins lorsque l'on travaille dans les métiers du vivant".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois