Aller au contenu principal

Témoignage
Comment bien intégrer un tiers dans un Gaec 100 % familial ?

Comment bien réussir une installation dans un Gaec familial lorsqu’on est extérieur à cette famille ? Rencontre avec Samuel Fougeray, du Gaec des Landes.

Samuel Fougeray, associé du Gaec des Landes, avec son conseiller d’entreprise de l’AS 49, Jean-René Dilé
© AA

Au Gaec des Landes à Saint-Michel et Chanveaux, il est le seul et premier associé à ne pas porter le nom de Hamard. Samuel Fougeray s’est installé au 1er mars 2017  dans cette société familiale - qui existe depuis près de 50 ans -, et y a trouvé sa place. « Pour bien réussir une installation hors cadre familial, il faut d’abord prendre le temps de se connaître », souligne d’emblée le jeune agriculteur de 30 ans. Avant de devenir associé, il a été salarié durant 5 ans. Et les choses se sont faites progressivement. Les associés ont un jour proposé à Samuel Fougeray de s’installer, proposition qu’il a acceptée, car il se sentait en phase avec les manières de travailler et les objectifs de ses employeurs et désormais futurs associés. « Quand on veut diriger ensemble une exploitation, il faut savoir dans quel sens on veut aller avec les personnes, connaître les envies de chacun, parler, savoir comment on travaille ensemble », ajoute Samuel Fougeray.

Une responsabilité dans l’élevage laitier

Au sein du Gaec, qui compte aujourd’hui 5 associés et un salarié à temps plein, le jeune agriculteur est plus particulièrement en charge de l’atelier laitier : 150 vaches en  production, traites par un ensemble de 3 robots Fullwood. Ces robots, le plus gros investissement de ces dernières années, ont permis depuis leur achat, en 2019, des gains de productivité et une diminution du nombre de vaches à traire. Production, repro, nutrition..., sont donc les domaines de travail de Samuel Fougeray, qui intervient aussi sur les cultures lors des pics de travail.
à ceux qui voudraient s’installer comme lui en hors cadre familial, il conseille de ne pas « brûler les étapes » : « je pense qu’il ne faut pas vouloir tout de suite s’installer et vouloir imposer ses conditions, mais parler avec les associés de leurs objectifs, de leurs idées pour le futur... »
Pour mener à bien son projet, Samuel Fougeray s’est formé avec la Chambre d’agriculture pour bénéficier de la DJA et tout le suivi du dossier a été effectué par l’AS 49. Une installation plutôt « simple, sans reprise de foncier, sans grosse modification de la structure, mais seulement du rajout de lait », commente Jean-René Dilé, conseiller d’entreprise à l’AS 49.


Calculer la valeur des parts sociales

Le plus gros travail a consisté à calculer la juste valeur des parts sociales, puisqu’en plus de l’installation de Samuel Fougeray, il fallait aussi anticiper le départ, 3 ans après, d’un des associés, Patrice Hamard. « Nous sommes partis sur une valeur économique avec un peu de valeur patrimoniale, qui convenait à tous les associés », explique Jean-René Dilé. Pour clarifier les règles de fonctionnement du Gaec à l’entrée d’un tiers, un règlement intérieur a été rédigé.
« Faire entrer un jeune dans une telle structure, c’est idéal », résume le conseiller d’entreprise, qui constate, d’une manière générale, que beaucoup de Gaec recherchent en vain des associés, avec, en face, des jeunes surtout intéressés par l’installation individuelle.
Le schéma sociétaire comporte pourtant des avantages, en termes de temps de travail, de partage des responsabilités notamment. Au sein du Gaec, Samuel Fougeray travaille un week-end sur deux, prend 3 semaines de congés par an et a une rémunération qu’il considère comme « correcte, en phase avec (ses) attentes ». Son temps de travail hebdomadaire a bien sûr augmenté depuis qu’il est devenu associé, mais son implication aussi. Comment d’ailleurs, passe-t-on du jour au lendemain de salarié à associé ? « Le travail en tant que tel n’a pas changé, mais en termes de responsabilités, je suis évidemment impliqué dans les décisions. Dès que mon projet d’installation a démarré, les associés m’ont convié aux réunions et aux discussions, auxquelles je n’assistais pas en tant que salarié. »

S.H. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Bientôt du konjac made in Anjou ?
Créer une filière de konjac 100 % français. C’est le défi que relève la SAS Plant innovation R&D basée à Angers.
La Confédération Paysanne a-t-elle encore sa place dans les instances représentatives départementales ?

Lundi 22 novembre, lors de la session Chambre d’agriculture de Maine-et-Loire, la Confédération Paysanne a confirmé son…

veaux de boucherie
Soigner les veaux pour obtenir une viande de qualité
Le GIE Les Vitelliers a organisé, fin octobre, une visite de l’élevage de veaux de boucherie de Marie Bossoreille à Montreuil-…
Une vache du Maine-et-Loire championne régionale
Le Régional prim’holstein se tenait vendredi et samedi derniers à Château-Gontier. Un concours de grande qualité qui a vu le…
Les retraites, un combat permanent
Plus de 150 aînés de la FDSEA de Maine-et-Loire  se sont retrouvés en assemblée générale à Saint-Quentin en Mauges (Montrevault-…
Porci Mauges pousse les murs de son outil d’abattage
A Beaupréau, l’abattoir Porci Mauges s’agrandit et améliore ses outils de travail pour répondre à une demande croissante.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois