Aller au contenu principal

Comment développer les produits bio en restauration collective?

Si la part des produits bio progresse en restauration collective et que la production se développe, il manque une communication pédagogique pour aller plus loin et sécuriser la filière.

© anjou agricole

"Avec ce seuil de 20% de produits bio au menu des cantines inscrit dans la loi Egalim, la filière dispose d'un formidable levier pour se développer. Mais nous en sommes encore loin. Comment pouvons-nous agir collectivement?", interroge Dominique Rousseau en introduisant la journée Perspectives bio, organisée par la FRSEA aux Ponts-de-Cé, mercredi 20 décembre. Les grossistes, qui répondent aux appels d'offres déposés par la restauration collective, notent pourtant une hausse des produits bio dans les commandes de leurs clients. "Entre la mise en place de la loi Egalim et aujourd'hui, on ressent une dynamique, témoigne Aline Saulnier, responsable des marchés publics chez TerreAzur (groupe Pomona). Certains clients font désormais des lots spécifiques bio, en fruits et légumes par exemple""Nos commandes ont augmenté de 16,5% en bio dans les marchés publics, avec la restauration scolaire en tête, corrobore Jean-Michel Noël pour le groupe Le Saint. Si ces deux dernières années inflationnistes ont brouillé les cartes avec des arbitrages réalisés par les gestionnaires, il n'y a pas de désaffection des produits bio".

Du volume et des moyens

L'approvisionnement en produits bio n'est pas un frein selon les opérateurs. "Aujourd'hui, nous ne sommes plus gênés par la volumétrie : il y a du stock, reconnaît Jean-Michel Noël. Et nous signons de plus en plus de contrats tripartites qui lient le client et le producteur""Les contrats sont formulés de manière à respecter l'engagement d'approvisionnement en produits bio régionaux", complète Aline Saulnier. Quant au surcoût des produits bio, les grossistes le relativisent. " Les collectivités ont les moyens et peuvent bénéficier d'aides, assurent-ils. Le fonds européen destiné aux opérations un fruit et du lait à l'école n'est utilisé par exemple qu'à 30 %". À l'échelle des Pays de la Loire, le Conseil régional soutient la filière et suit la progression des produits bio dans les cantines des lycées via le réseau Approlocal. "C'est 22 % en fruits et légumes et 20 % des produits laitiers", précise la conseillère régionale Patricia Maussion.

Véhiculer les bonnes pratiques

"Il faut donc continuer à sensibiliser les élus sur l'agriculture bio, constate Olivier Lebert. Continuer à véhiculer les bonnes pratiques qui permettent de manger mieux sans augmenter le budget des restaurants collectifs : avoir des équipements pour cuisiner sur place, réduire le gaspillage... Ces réflexions ne sont pas encore abouties partout". Pour le président de la commission bio de la FRSEA, "il s'agit d'un vrai enjeu pour l'agriculture régionale où toutes les productions bio sont représentées, en filière courte et longue""Et si les fruits et légumes frais, comme les produits laitiers sont bien positionnés en restauration collective, il va être temps de passer la seconde pour les produits bio carnés", insiste-t-il. Un enjeu pour les producteurs en place mais aussi pour l'avenir. "Les systèmes bio représentent 25 % des installations en France, rappelle Brice Guyau, membre de la commission bio à la FNSEA. Nous devons donc accompagner ces jeunes, leur donner une trajectoire". "Si l'état veut atteindre ses objectifs de développement de la bio, il faut qu'il mette les moyens et, en premier lieu, faire respecter la loi Egalim", conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’Anjou bloque à son tour

Alors que le mouvement de colère du monde agricole s’étale désormais sur toute la France, la FDSEA et les JA49 ont entamé une…

Lisa Gourdon profite d'une pause pour reprendre de l'énergie grâce au pique nique distribué à l'échangeur de la Plesse, sur l'axe Angers-Rennes.
Mobilisée au cœur du cortège
Pour certains agriculteurs présents dans le convoi jeudi 1er février, il s'agissait de leur première manifestation. Comme Lisa…
Solidaires, les entrepreneurs bloquent l'A11

Lundi matin dès 6h, les entrepreneurs des territoires (EDT) du Maine-et-Loire ont bloqué l'A11 dans les 2 sens, entre les…

Jeudi 18 janvier, à l'appel de la FDSEA et des JA 49, des agriculteurs de tout le département se sont rassemblés devant l'usine Lactalis pour bloquer l'entrée des camions sur le site de Saint-Florent le Vieil.
Lactalis sous pression

La semaine dernière, les agriculteurs se sont mobilisés pour soutenir l'Unell, principale organisation de producteurs livrant…

Retour sur la manifestation du 1er février à Angers : opération escargot

Plusieurs centaines d'agriculteurs de la FDSEA et des JA Maine-et-Loire, jeudi 1er février, pour défendre le revenu et appeler…

Continuer à apporter des solutions pour la maîtrise des charges

L'Union des Cuma Pays de la Loire - section Maine-et-Loire a tenu son assemblée générale vendredi 26 janvier au Campus de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois