Aller au contenu principal

Jersiaises
Compte à rebours pour le national jersiais

D’ores et déjà les éleveurs se préparent pour le concours national, en septembre, lors du Festival de l’élevage.

Une vingtaine de jeunes et d’éleveurs s’est retrouvée chez Bernard Gaborit pour une journée de formation animée par Philippe Derouet.
Une vingtaine de jeunes et d’éleveurs s’est retrouvée chez Bernard Gaborit pour une journée de formation animée par Philippe Derouet.
© AA

Cela fait une vingtaine d’années que la race jersiaise n’a pas organisé de concours national. Injustement considérée comme une “petite race”, du fait de sa taille et de son effectif en France, alors qu’elle est la deuxième race laitière au monde, très répandue au Danemark, berceau de la race, mais aussi dans l’hémisphère sud, la jersiaise prend, en France, du poil de la bête. Son effectif ne cesse de croître : + 10 % sur
un an, et ce, à effectif animal constant. C’est-à-dire que de plus en plus d’éleveurs optent pour cette vache rustique, aux taux de matière grasse exceptionnels et au potentiel de transformation hors pair, en remplacement de troupeaux laitiers plus répandus.

Soixante animaux jersiais
à Chemillé
« C’est donc le moment où jamais, estiment les organisateurs, de donner un coup de pouce et de faire connaître mieux encore cette race de vaches ». Et le concours national, qui se déroulera dans le cadre du Festival de l’élevage de Chemillé, en septembre prochain, en sera une belle occasion avec un effectif de soixante animaux jersiais, en provenance de toute la France.
Ce concours, le syndical départemental et l’Organisme de sélection jersiaises en peaufinent déjà l’organisation. C’est notamment dans cet objectif qu’une journée de formation a été organisée, la semaine dernière, sur l’exploitation de Bernard Gaborit. Philippe Derouet, technicien de l’OS, est intervenu sur le thème de la préparation des animaux. Pour l’écouter, une vingtaine d’éleveurs, du département, mais aussi de la Manche, des Deux-Sèvres, des Charentes… « Un concours se prépare bien en amont », indique le technicien. Première étape, le choix de l’animal, en fonction de sa morphologie et de sa production ». Viendront ensuite le dressage, la présentation des animaux, la manipulation. « Il y a des règles à respecter pour que le concours se déroule dans de bonnes conditions » : le lavage, la tonte des mamelles, de la tête, des oreilles... « Ce n’est pas du maquillage, mais l’envie de présenter de beaux animaux et de faire ainsi honneur à la race ». D’autant que, cette année, c’est un juge danois qui présidera aux destinées du concours national. Il reste donc quelques mois pour parfaire la présentation. Une prochaine journée est prévue en juin.

m. l.-r.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités