Aller au contenu principal

Vie des entreprises
Coop'Eveil : au cœur de l'économie circulaire des éleveurs de volailles

La coopérative Coop’Eveil, et ses filiales, fabrique des litières, collecte des effluents d’élevage et les valorise en composts.    

La station de Beaupreau a été réquisitionnée pour traiter les effluents des foyers positifs lors de la crise de l'Influenza aviaire.

En 1995, une dizaine d’agriculteurs situés près de Saint-Pierre-du-Chemin souhaite développer des élevages avicoles, mais avec une problématique : il n’y avait pas de surface d’épandage disponible à proximité de leurs élevages. Ils font le choix de se regrouper en GIE, qui deviendra la Coop’Eveil en 2004, pour mettre en commun leurs effluents d’élevages et les exporter vers des céréaliers. 
Au fil des années, la coopérative a créé un système d’économie circulaire autour de ces effluents d’élevage dans l’objectif de ne pas gaspiller les ressources, diminuer l’impact environnemental en traitant localement les effluents et développer le bien-être des individus en apportant un service. La coopérative a fait le choix d’intégrer l’amont et l’aval grâce à Zen’Nature et Fertil’Eveil. « Zen’Nature fabrique et commercialise des litières, Coop’Eveil récolte les effluents d’élevage et Fertil’Eveil valorise ces effluents en amendements organiques qui vont être utilisés pour nourrir les productions végétales qui elles-mêmes vont servir à nourrir les animaux du territoire. La boucle est bouclée », explique Carinne Bocquier.
Les stations de compostage de Fertil’Eveil ont développé un process unique et breveté qui permet de traiter les effluents et de produire un amendement hygiénisé et homogénéisé dans des bâtiments complètements fermés. « En complément, nous travaillons avec Cobiotex qui sélectionne des bactéries pour ensemencer les litières. Ces bactéries permettent de fixer l’azote organique et limiter les émanations d’azote ammoniacal. Chez l’éleveur, ça apporte du confort aux animaux et améliore l’ambiance au sein du bâtiment et quand c’est ensuite livré dans nos stations, les fumiers sont plus riches en valeur fertilisante. »

Des stations réquisitionnées pour l'influenza
Les équipes logistiques interviennent dès l’enlèvement des volailles à la sortie des bâtiments, enlèvent le fumier et l’acheminent jusqu’aux stations pour le traiter. Les stations sont agréées pour hygiéniser à 70°C/heure. C’est pour cela qu’elles ont été réquisitionnées pour traiter les effluents des foyers positifs lors de la crise de l’Influenza aviaire. « Adhérer à la coopérative, c’est également bénéficier d’une simplification administrative pour les éleveurs car ils n’ont pas besoin de faire de plans d’épandage, profiter de prestations de lavage des bâtiments et s’assurer une sécurité sanitaire. » En vue de renforcer le sourcing régional de ses stations, la coopérative Coop’Eveil met en place un système novateur de valorisation des effluents d’élevage qui permettra un revenu complémentaire substantiel aux éleveurs apporteurs. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Chantiers précoces, faibles rendements
Alors qu’août n’était même pas commencé, les ensileuses sont entrées en action en Maine-et-Loire. Comme à Saint-Macaire en Mauges…
Ensilage : l’extrême inverse de 2021
Alors que les premiers ensilages démarrent en cette fin de semaine, point d’étape et conseils avec Julien Gaultier, responsable…
Des bocaux Made in mauges
A La Jumellière, cela fait bientôt 40 ans que la conserverie artisanale la Maison Beduneau propose des plats traditionnels dans…
« Le prix du lait français dévisse par rapport à nos voisins européens »
Interview de Ghislain de Viron, 1er vice-président de la Fédération nationale des producteurs de lait.
Des mesures pour la protection contre les incendies dans les bois et forêts
Dans un communiqué du 2 août, la Préfecture de Maine-et-Loire indique que « suite à la parution des nouveaux indices qui…
La situation des nappes et rivières du département reste critique
En l’absence de pluies significatives, l’état des nappes et des rivières est sous haute surveillance.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois