Aller au contenu principal

EAU
Créer une réserve d’eau pour irriguer

La création d’une réserve, solution durable de mobilisation de la ressource pour irriguer, se fait par étapes et doit respecter des règles précises pour limiter les impacts.

Des réunions d’information sur la constitution de réserves d’eau sont proposées aux agriculteurs. La première sera le mardi 22 novembre à Doué-la-Fontaine.
Des réunions d’information sur la constitution de réserves d’eau sont proposées aux agriculteurs. La première sera le mardi 22 novembre à Doué-la-Fontaine.
© AA

Face aux conditions de sécheresse qui se répètent de plus en plus fréquemment, disposer de l’irrigation et d’une ressource en eau fiable peut constituer une sécurité importante pour les exploitations d’élevage (autonomie fourragère) et une condition indispensable pour la production de cultures spécialisées (maraîchage, arboriculture, horticulture, semences). 

Réglementation
Deux réglementations s’appliquent à la création d’une réserve d’eau : la Loi sur l’eau et les milieux aquatiques, et le Code de l’urbanisme.

Loi sur l’eau : la création de réserve d’eau est soumise aux procédures de déclaration autorisation en fonction des critères suivants :
- Surface : Déclaration à partir de 1 000 m², autorisation dès 3 hectares.
- Caractéristiques techniques (volume, hauteur de digue…).
- Localisation de la réserve (présence de zones humides, proximité cours d’eau).
- Mode d’alimentation (dérivation d’un cours d’eau).
Ces procédures visent à limiter les impacts des projets de réserve sur l’environnement et les ressources en eau : les réserves positionnées sur cours d’eau ne sont plus autorisées, ni celles en zones humides sauf au cas par cas.

Urbanisme : la création de réserve d’eau est soumise aux procédures de déclaration préalable de travaux à partir d’une surface de 100 m² et un affouillement supérieur à 2 mètres, et de permis de construire dès une surface supérieure à 2 hectares.

Les étapes de la démarche-projet
Identifier ses besoins d’aujourd’hui et de demain pour définir son projet d’irrigation, formaliser son besoin initial (fourrage, cultures spécialisées…), étudier les alternatives à l’irrigation et, si l’irrigation semble être la solution, identifier les parcelles irrigables, cultures et surfaces à irriguer annuellement et son besoin en eau.

Identifier la ressource à mobiliser : identifier les ressources techniquement et réglementairement exploitables, si aucune ressource naturelle ne l’est, envisager la création d’une réserve d’eau sur un site d’implantation à faire valider a priori par le Service départemental de police de l’eau (SDPE - DDT).

Conduire les démarches administratives avant d’engager des travaux : faire conduire les études réglementaires par un bureau d’étude (études techniques et  étude d’incidence) puis déposer les dossiers administratifs au SDPE et à la mairie de la commune d’implantation de la réserve d’eau pour obtenir les justificatifs nécessaires.

Financer son projet : estimer le coût de son projet d’irrigation (réserve, réseau d’irrigation, matériel d’irrigation, frais de fonctionnement) et en définir le financement (autofinancement, emprunts, subventions possibles).

Engager les travaux : la période la plus propice pour réaliser les travaux court de juillet (après la récolte) à fin octobre. Pour programmer les travaux dans ce créneau, penser à prendre en compte les délais des différentes étapes soit au moins au moins 6 mois  (définition du projet, études, obtention des devis, instructions des dossiers administratifs et de financement…).
La Chambre d’agriculture propose un accompagnement complet pour orienter les agriculteurs dans la définition et la conduite de leur projet d’irrigation (information générale, réglementation, étude de faisabilité technico-économique  en irrigation, démarche-projet d’irrigation).

Contact : Alexandre Chaigneau, chargé de mission eau, CA49 02 41 96 75 79 ou alexandre.chaigneau@maine-et-loire.chambagri.fr

Agenda

La Chambre d’agriculture et la FDSEA organisent quatre réunions d’information sur
l’irrigation et la création de réserves d’eau. Elles ont pour objectif de répondre aux
questions d’ordre technique, réglementaire ou économique et sont ouvertes à tous sans inscription.
- Mardi 22 novembre à 14 h, à la Maison de quartier de Soulangé à Doué-la-Fontaine.
- Mardi 29 novembre à 14 h, au Centre culturel René d’Anjou à Baugé.
- Mercredi 30 novembre, à 14 h au Centre culturel de la Loge à Beaupréau.
- Le mercredi 7 décembre, à 14 h au Cratéas à Segré.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités