Aller au contenu principal

Crise de l'élevage : oppositions à la régulation de l'offre prônée par la France

En vue du débat des ministres des Vingt-huit sur la crise agricole prévu le 14 mars, la France vient de proposer des « mesures de gestion de crise » pour le secteur laitier surtout (augmentation du plafond voire des prix de l'intervention, etc), parmi lesquelles différentes options pour inciter à la réduction de la production dans l'UE.

© AA

Les contributions d'au moins deux autres États membres s'opposent à toute tentative de régulation de l'offre : l'Irlande, selon laquelle « ce n'est pas une réponse appropriée en période de baisses des prix », et le Royaume-Uni, qui est « sceptique à l'égard d'un soutien supplémentaire du marché » et « s'inquiète des suggestions de restrictions de la production de lait ou de porc » qui « pénaliseraient les agriculteurs les plus performants ».

 

Phil Hogan très attendu au Salon de l'agriculture par la FNPL

Phil Hogan, commissaire européen à l'agriculture, devrait se rendre le 2 mars au Salon de l'agriculture. Sa présence est très attendue comme le précise Thierry Roquefeuil lors d'une conférence de presse le 29 février. 'Au niveau européen, il y a des tournants à prendre, comme au niveau français. [...] La dérégulation et l'ultra-libéralisme amènent chacun à faire n'importe quoi', estime-t-il. Il souhaite que la venue de Phil Hogan soit l'occasion d'une prise de conscience de la part de la Commission, car il suffit que 'Phil Hogan obtienne la majorité à la Commission' pour faire valider des décisions 'alors que Stéphane Le Foll a besoin de l'unanimité'. Hier, 29 février, bon nombre de professionnels s'interrogeaient quant à d'éventuelles actions de la part des producteurs, dans un salon déjà très crispé par des actions musclées de la part de ces derniers face aux politiques.

 

La FNPL attend la fin du salon pour tirer des conclusions

'Comme dit le proverbe, c'est à la fin de la foire que l'on compte les bouses !' lance Thierry Roquefeuil, président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), le 29 février lors d'une conférence de presse, au sujet des négociations commerciales et du salon de l'agriculture. Si les relations commerciales concernant les grandes marques doivent se clôturer ce soir, il reste prudent quant à leurs résultats. Selon lui, bien que certaines entreprises aient reconduit leur prix de 2015 pour 2016 (marché intérieur), 'le sujet ne sera pas fini ce soir'. Les négociations sur les marques de distributeurs et premier prix, un marché conséquent, doivent encore revenir régulièrement sur le tapis tout au long de l'année. 'Les pouvoirs publics ont compris que certains industriels étaient en train de se garder les marges', explique-t-il au sujet de l'intérêt de la charte laitière de valeur. 'Elle a permis de focaliser sur les sujets' qui posent problème et 'd'alerter les pouvoirs publics', estime-t-il avant de conclure: 'les producteurs sont excédés. Surtout quand ils voient que certains industriels ont des résultats bien meilleurs en 2015 alors qu'eux sont en train de signer pour des années blanches'.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Valérie, Baptiste et Dominique Lebrun sont associés dans l'entreprise Ek'o save water.
Ek'o économise l'eau sous la douche
Ek'o save water a créé un système de robinetterie qui économise l'eau sous la douche. Les associés ont reçu une médaille d'or et…
Simon et Didier Trovalet, devant le nouveau siège social, en construction à l'entrée de Saint-Augustin des Bois. L'entreprise investit 2 millions d'euros dans sa réorganisation interne.
Prefakit construit
son avenir
Marchés en plein développement, recrutements, et bientôt nouveau siège social. Implantée à Saint-Augustin des Bois depuis 77 ans…
Sébastien Ferrard, du Gaec du Pâtis Candé. Sur cette parcelle sableuse, auparavant en prairie, l'agriculteur a pu semer un maïs à indice 270-300.
Des chantiers décalés par les pluies
Les semis de maïs devraient pouvoir reprendre en fin de semaine. Certains agriculteurs ont pu déjà semer fin avril début mai,…
Christian Suteau conduit un troupeau de 30 Normandes sur une SAU de 65 ha, majoritairement en herbe.
Il achète de la paille, craignant une pénurie à la récolte
Christian Suteau achète tous les ans environ 50 t de paille à un voisin pour compléter la production de son exploitation. Cette…
Au cours de la journée, les six conférences techniques ont rassemblé du public. L'événement a accueilli 1300 visiteurs sur le site de Thorigné-d'Anjou.
1 300 visiteurs à Thorigné d'Anjou
La ferme expérimentale de Thorigné d'Anjou a accueilli 1 300 visiteurs jeudi 16 mai pour une restitution de ses travaux de…
Élections européennes : ne nous laissons pas tenter par l'abstention

A un mois du vote prévu le 9 juin, que dire aux citoyens, et aux agriculteurs en particulier, qui sont…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois