Aller au contenu principal

Météo
Cultures : la pluie se fait attendre...

Le déficit hydrique commence à inquiéter les agriculteurs du Maine-et-Loire.

© AA

« Depuis le début de l’année, les précipitations font défaut », constate  Lionel Salvayre, Référent Territorial des Pays de la Loire pour Météo France. Avec 135 mm en moyenne sur le département depuis le 1er janvier, 2022 est une des années les plus sèches. « Il manque à peu près 65 mm soit environ 35 %. Cela représente  grosso modo un mois de pluie ».
Ce déficit hydrique se fait déjà ressentir dans les exploitations du Maine-et-Loire. à Saint Georges des Sept voies, Alexandre Chauvry constate un cruel manque d’eau. « Depuis le début de l’année, il n’est tombé que 80 mm sur mon secteur. » Les 5 mm du week-end du 23-24 avril ont juste été suffisants pour favoriser la levée des 17 ha de maïs semés la veille. « On aurait eu besoin de 25 ou 30 mm... »
Résultat sur les cultures de l’EARL de la Caillère : sur les 53 hectares de blé implanté, 20 hectares souffrent du manque d’eau. « La terre y est plus légère et plus séchante. Il y a des endroits où le blé crève déjà, constate l’agriculteur. Il atteint le stade épiaison. C’est en ce moment qu’il a vraiment besoin d’eau... » L’orge de printemps, semée début mars, fatigue aussi à cause du déficit hydrique.
Alexandre Chauvry attend également la pluie pour semer une partie de son tournesol. « Le sol n’est pas assez travaillé pour du tournesol. Mais si au 15 mai, la pluie n’est toujours pas arrivée, il sera trop tard. Je ferai du sarrasin à la place. »
L’agriculteur s’inquiète surtout des conséquences financières de cette sécheresse précoce. Il a souscrit des contrats à terme auprès de la CAPL et il craint de ne pouvoir les honorer. Par prudence, il a tablé sur des rendements à 50 qtx/ha. « En temps normal, les rendements sont entre 70 et 75 qtx dans le secteur mais si ça continue comme ça, la moyenne pourrait bien être 50 qtx cette année. »


Manque d’eau, manque d’herbe
La situation interpelle aussi les éleveurs. L’éleveur de charolaises François Pelletier constate un ralentissement de la pousse de l’herbe. Sur les 85 ha que compte sa ferme, 40 ha sont en herbe. « Même dans les meilleures parcelles, la quantité d’herbe récoltée est décevante : 4,5 tMS/ha alors que certaines années, on peut atteindre les 7 tMS », note l’agriculteur bio de Saint Jean des Mauvrets. Sur les surfaces pâturées, les vaches sont déjà passées 2 fois. « L’herbe repousse lentement. Je dois encore attendre pour les faire tourner. Je suis même obligé de les complémenter avec du foin. » Heureusement, l’an dernier, l’agriculteur a pu faire du stock de foin. « J’ai bien fait de n’en vendre qu’une petite partie.  »
à Saint Saturnin sur Loire, l’éleveur laitier Eric Leroux a déjà sorti les enrouleurs pour arroser une partie de ses prairies multi-espèces. L’eau est prélevée dans la Loire. Ces surfaces servent pour de l’affouragement en vert. « En temps normal, on n’arrose qu’à partir du mois de juin. Cela permet de gagner en rendement », explique l’agriculteur. 25 mm/ha sont apportés à chaque tour. Face à ces situations de sécheresse récurrentes, l’agriculteur s’interroge sur la réglementation actuelle sur le stockage de l’eau. « Avoir de quoi stocker l’eau en hiver devient primordial. Mais c’est toujours trop compliqué à mettre en place », regrette Eric Leroux.  
 
H.R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

La coopérative Agrial recherche de nouveaux éleveurs
La filière lait de chèvre d'Agrial a organisé jeudi 27 octobre, une journée “Capriboost” sur l'installation en caprins, au Gaec…
« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Groupama vise le doublement des surfaces assurées d’ici 2030
L’assurance multirisques climatiques (MRC) change en profondeur à partir du 1er janvier 2023. Et c’est désormais une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois