Aller au contenu principal

Dans l’espoir de faire un tabac

Les mois d’été sont synonymes de récolte pour la vingtaine de producteurs angevins de tabac. L’occasion de faire le point sur l’avenir de la filière, avec Pascal Socheleau, installé à Chemillé et également vice-président de la coopérative CT2F.

© AA

« Si on reste en l’état, dans 2 ans, il n’y a plus de filière tabac en France ». Tel est le constat, abrupt, de Pascal Socheleau, producteur de tabac sur la commune de Chemillé et vice-président de la coopérative CT2F (Coopérative tabac feuilles de France). Aujourd’hui, la filière tabac représente, en Maine-et-Loire, environ 110 ha pour une vingtaine de producteurs.

"Jusqu’aux années 2009/2010, le prix global était composé de 80 % de primes de la Pac. Mais aujourd’hui, il n’y a plus aucun soutien. Nous devons donc trouver des marchés de niche afin de créer de la valeur ajoutée à nos produits ». Jusqu’en 2015/2016, un industriel américain a eu la volonté d’acheter du tabac “clean”, voire bio, avec un cahier des charges strict. « Mais il est finalement revenu sur sa décision. Conséquence ? De nombreuses exploitations qui avaient
entamé leur conversion en bio se sont retrouvées avec des problèmes financiers, sans débouché pour leur production. Nous sommes tributaires du marché ». L’ultime chance des producteurs français réside dans le fait que le tabac Virginie a une teneur en sucre élevée, très recherché pour les tabacs à shisha. De plus, par sa texture, 1 kg de tabac français permet d’obtenir 5 à 6 kg de
tabac à shisha, car il éponge les “sauces” qui sont rajoutées et permet une excellente valorisation.

Début juillet, un partenariat a été signé par l’union des coopératives avec la firme allemande
Alliance One, spécialisée dans les tabacs à shisha. « La quasi totalité de la production française sera achetée par l’entreprise. En revanche, le traitement continuera à se faire dans l’usine du
Périgord. C’est un système gagnant/gagnant, où Alliance One nous apporte des clés pour la commercialisation de nos productions, et où nous mettons à leur service notre savoir-faire ainsi que la renommée technique de l’usine », explique Pascal Socheleau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois