Aller au contenu principal

Dans l’espoir de faire un tabac

Les mois d’été sont synonymes de récolte pour la vingtaine de producteurs angevins de tabac. L’occasion de faire le point sur l’avenir de la filière, avec Pascal Socheleau, installé à Chemillé et également vice-président de la coopérative CT2F.

© AA

« Si on reste en l’état, dans 2 ans, il n’y a plus de filière tabac en France ». Tel est le constat, abrupt, de Pascal Socheleau, producteur de tabac sur la commune de Chemillé et vice-président de la coopérative CT2F (Coopérative tabac feuilles de France). Aujourd’hui, la filière tabac représente, en Maine-et-Loire, environ 110 ha pour une vingtaine de producteurs.

"Jusqu’aux années 2009/2010, le prix global était composé de 80 % de primes de la Pac. Mais aujourd’hui, il n’y a plus aucun soutien. Nous devons donc trouver des marchés de niche afin de créer de la valeur ajoutée à nos produits ». Jusqu’en 2015/2016, un industriel américain a eu la volonté d’acheter du tabac “clean”, voire bio, avec un cahier des charges strict. « Mais il est finalement revenu sur sa décision. Conséquence ? De nombreuses exploitations qui avaient
entamé leur conversion en bio se sont retrouvées avec des problèmes financiers, sans débouché pour leur production. Nous sommes tributaires du marché ». L’ultime chance des producteurs français réside dans le fait que le tabac Virginie a une teneur en sucre élevée, très recherché pour les tabacs à shisha. De plus, par sa texture, 1 kg de tabac français permet d’obtenir 5 à 6 kg de
tabac à shisha, car il éponge les “sauces” qui sont rajoutées et permet une excellente valorisation.

Début juillet, un partenariat a été signé par l’union des coopératives avec la firme allemande
Alliance One, spécialisée dans les tabacs à shisha. « La quasi totalité de la production française sera achetée par l’entreprise. En revanche, le traitement continuera à se faire dans l’usine du
Périgord. C’est un système gagnant/gagnant, où Alliance One nous apporte des clés pour la commercialisation de nos productions, et où nous mettons à leur service notre savoir-faire ainsi que la renommée technique de l’usine », explique Pascal Socheleau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités