Aller au contenu principal

Vins
Dans un contexte de crise sanitaire, les Caves de la Loire tirent leur épin

La veille de leur assemblée générale, jeudi 18 février, les Caves de la Loire ont tenu une conférence de presse. L’occasion de dresser le bilan de l’activité commerciale 2019/2020.

© AA

Les Caves de la Loire et Loire Propriétés - groupe auquel elles appartiennent - se portent bien. « Nous sommes en croissance continue depuis 2012. L’exercice 2019/2020 est en croissance proche de 1,8 millions d’euros  alors que nous étions dans un marché affecté par le Covid », constate Jérôme Lemasson, directeur de Loire Propriétés. Les Caves de la Loire enregistrent un chiffre d’affaires de plus 33,3 millions d’euros pour ce nouvel exercice (contre 32,2 en 2018-2019).  Sur les 4 circuits de commercialisation de Loire Propriétés, 3 sont en croissance : la grande distribution, l’export et le négoce. Effets de la crise sanitaire, « les ventes en baisse se concentrent principalement sur la restauration hors domicile et dans nos boutiques », souligne Jérôme Lemasson.  Mais les dirigeants estiment que les chiffres auraient pu être encore bien meilleurs. à l’export, les ventes en Allemagne et en Belgique sont en large progression. « Le marché des états-Unis a directement été impacté par la taxe Trump et le Covid. On peut estimer à 1 million d’€ de perte pour les USA », note le directeur de Loire Propriétés.
 

Le Bib a le vent en poupe
Le Bib (Bag in box) et le vrac sont les produits qui se sont le plus vendus dans le contexte de crise sanitaire. « Le Bib a connu une forte croissance pendant le 1er confinement. Le consommateur stockait. Le Bib propose un bon rapport qualité/prix », note Régis Alcocer, président des Caves de la Loire. Loin d’être un épiphénomène, la progression du Bib augmente encore en 2021. Cette croissance s’est faite au détriment de la bouteille même si les ventes se sont rattrapées de juin à août.
« L’exercice 2019/2020 est satisfaisant vu le contexte », note Jean-Michel Mignot, directeur général de la CAPL. Malgré une faible récolte 2019 et la crise sanitaire, les vignerons apporteurs des Caves de la Loire ont pu bénéficier de la même valorisation des apports que l’année précédente. « Ce maintien est une satisfaction pour les vignerons. Comme nous avons apporté moins d’hectolitres,  notre revenu est quand même en baisse », rappelle Régis Alcocer.
Au vu des chiffres depuis septembre 2020, « nous sommes raisonnablement confiants pour l’avenir », constate Jean-Michel Mignot. Le groupe espère augmenter son chiffre d’affaire de 5 %.
 


Une gamme d’IGP Val de Loire

Face à l’engouement des consommateurs pour les vins du Val de Loire, les Caves de Loire ont décidé de lancer une gamme d’IGP du Val de Loire : 360° Loire. « L’IGP est un réel produit grand public mais il n’y a pas d’offre Loire », constate Bruno Prévit, directeur commercial. « Les IGP sont des vins d’habitude sympas et accessibles. » L’équipe marketing a imaginé un habillage emblématique du Val de Loire, avec une étiquette en 360° qui invite à la découverte des paysages de Loire. La gamme se décline en 5 IGP : Val de Loire Chardonnay, Sauvignon blanc, Chenin, Rosé et Cabernet d’Anjou. Loire Propriétés a décliné cette gamme avec capsule à vis, bouchon de liège et en Bib de 3 l. Le directeur commercial est très confiant sur la commercialisation de ce nouveau produit : « l’engouement a été immédiat pour cette nouvelle gamme ». Autant au niveau national qu’international. « A l’export, la gamme part par conteneurs ». Ces vins seront prochainement disponibles en grande distribution comme Carrefour, Auchan ou Leclerc. Leur prix ? Entre 3,30 € et 3,50 €. Un vin IGP est normalement vendu entre 2,80 et 3,30 €.  « Cette valorisation de l’IGP permet de faire une marge qui reviendra aux apporteurs », souligne Régis Alcocer, président des Caves de la Loire. Loire Propriétés prévoit de commercialiser 300 000 bouteilles en 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Souveraineté alimentaire : j’invite tous les agriculteurs à se connecter le 18 mai
En vue du colloque sur la souveraineté alimentaire qui aura lieu le 18 mai, en présence d'Emmanuel Macron et Julien Denormandie,…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités