Aller au contenu principal

Manifeste
Défendre des ruralités vivantes

Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au Gaec Laitouches à St Georges sur Loire.

« Dans les Pays de la Loire, 9 communes sur 10 se situent dans l’espace rural. 50 % des Ligériens vivent en zone rural. D’où l’importance de tenir compte de notre parole », souligne Mickaël Trichet, président de la FRSEA Pays de la Loire. Mercredi 31 mai, à St Georges sur Loire, il a présenté avec ses co-signataires* le manifeste pour des ruralités vivantes.
Une déclinaison régionale
« Ce manifeste a été initié par la FNSEA en 2021. Nous sommes les premiers à l’avoir décliné à l’échelle d’une région ». Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire comptent diffuser ce document et défendre 10 propositions d’urgence auprès des différents candidats aux législatives.

Partage d’une vision commune
Tous les signataires partagent une vision commune de la ruralité : le monde rural ne doit pas être réduit aux seules notions de nature, d’environnement et de qualité de vie. « Il faut remettre au cœur des priorités l’activité économique des zones rurales et bien évidemment le vivre ensemble que cela exige. »
Parmi les 10 propositions d’urgence de ce manifeste, plus de la moitié se focalisent sur l’accompagnement de la vitalité économique des territoires ruraux. L’accent est porté sur l’emploi. « Les actifs et les acteurs économiques doivent être accompagnés et la reterritorialisation de l’emploi doit être encouragée », lit-on dans le Manifeste. Le renouvellement des générations en agriculture est aussi un enjeu essentiel. « Les Pays de la Loire comptent 1 000 installations par an », rappelle François Beaupère, président de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire. « Ces installations contribuent au dynamisme de nos territoires. » C’est pour cette raison que le manifeste plaide pour le développement de mesures pour faciliter l’installation et la transmission d’entreprises en milieu rural, pour renforcer le tissu industriel, agricole, commercial et artisanal, ou encore la consolidation des groupements d’employeurs.
Les acteurs de la ruralité comptent aussi apporter leurs contributions pour répondre aux enjeux du défi climatique. « Nous, agriculteurs, nous sommes les premiers à être confrontés aux aléas climatiques. Nous souhaitons prouver que l’agriculture n’est pas qu’une cause mais surtout une source de solutions », souligne Mickaël Trichet. Parmi les propositions, on note la volonté de faire des entreprises rurales des moteurs de la neutralité carbone nationale, revitaliser les centre-bourgs par des investissements durables.
Autre enjeu cher aux co-signataires du manifeste : le vivre-ensemble. « Le monde rural n’est pas qu’un lieu d’habitation, c’est aussi un lieu d’activités économiques. Il est essentiel de renforcer notre communication pour l’expliquer autour de nous. » Parce que pour le dynamisme social et économique ne peut être maintenu que grâce à la coopération entre les différents habitants du monde rural.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois