Aller au contenu principal

Pierre Antoine Pinet, Président de la fédération viticole Anjou Saumur
Défendre les AOP et IGP au sein de l'UE

Pierre-Antoine Pinet
Pierre-Antoine Pinet
© Arnaud Fruchet

Les vignerons d'AOP et d'IGP du Val de Loire ont adressé une lettre ouverte aux candidats aux élections européennes le 7 mai. Quel est l'objectif de cette communication?

Elle fait suite au congrès de la Cnaoc (1), fin avril, auquel nous avions invité la fédération des IGP. Ensemble, nous avons rencontré des représentants des principales listes aux élections européennes pour les entendre sur leur positionnement par rapport à la filière viticole. Dans cette lettre, nous rappelons que notre secteur d'activité est très dépendant des orientations prises par l'Union européenne. Et nous cherchons également à mobiliser tous les viticulteurs pour cette échéance électorale.

Quels sont les domaines dans lesquels les orientations européennes ont le plus d'impact pour la filière viticole?

Dans le domaine de l'environnement et de la santé. L'environnement d'abord avec un Green Deal qui aurait pu être très pénalisant pour la viticulture. Même s'il semble abandonné, nous restons vigilants. Car il n'est pas possible de cultiver la vigne sans produit phytosanitaire, en tous les cas pas sans solution alternative. Et il n'est pas entendable de perdre des hectares à cause de bande tampons, sans compensation.

La santé ensuite avec des politiques anti-alcool, en particulier hygiénistes, qui condamnent la consommation de vin dès la première goutte. La filière est engagée dans une politique de consommation modérée depuis des années. Et aujourd'hui, on estime que seulement 10% des consommateurs ont une consommation déraisonnable. Nous craignons également la fiscalité comportementale mise en place dans certains pays, comme l'Irlande, avec un prix minimum pour les bouteilles. Et nous nous opposons à tout message sanitaire sur nos étiquettes.

En quoi l'appui des députés européens a-t-il été décisif lors de la dernière mandature par exemple?

Le " statut " de la viticulture sous indications géographiques (AOC-IGP) a notamment été remis en cause. Il y a eu une tentative de les mettre sous le même régime que le dépôt de marques. Heureusement elle a échoué. Maintenir des règles spécifiques pour la viticulture dans la prochaine Pac est essentiel. Notre production, pérenne, a besoin d'une vision sur le long terme.

En cette mi-mai, quelle est la situation du vignoble angevin?

Le risque de gel est aujourd'hui écarté. Les sorties de grappes sont homogènes et les plantes sont en moyenne au stade 7 à 8 feuilles étalées. La floraison devrait se produire d'ici trois semaines. La semaine dernière, nous avons eu une fenêtre pour travailler les sols et terminer les interventions hivernales. Reste une pression parasitaire à surveiller, surtout avec le retour de la pluie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Valérie, Baptiste et Dominique Lebrun sont associés dans l'entreprise Ek'o save water.
Ek'o économise l'eau sous la douche
Ek'o save water a créé un système de robinetterie qui économise l'eau sous la douche. Les associés ont reçu une médaille d'or et…
Simon et Didier Trovalet, devant le nouveau siège social, en construction à l'entrée de Saint-Augustin des Bois. L'entreprise investit 2 millions d'euros dans sa réorganisation interne.
Prefakit construit
son avenir
Marchés en plein développement, recrutements, et bientôt nouveau siège social. Implantée à Saint-Augustin des Bois depuis 77 ans…
Sébastien Ferrard, du Gaec du Pâtis Candé. Sur cette parcelle sableuse, auparavant en prairie, l'agriculteur a pu semer un maïs à indice 270-300.
Des chantiers décalés par les pluies
Les semis de maïs devraient pouvoir reprendre en fin de semaine. Certains agriculteurs ont pu déjà semer fin avril début mai,…
Christian Suteau conduit un troupeau de 30 Normandes sur une SAU de 65 ha, majoritairement en herbe.
Il achète de la paille, craignant une pénurie à la récolte
Christian Suteau achète tous les ans environ 50 t de paille à un voisin pour compléter la production de son exploitation. Cette…
Au cours de la journée, les six conférences techniques ont rassemblé du public. L'événement a accueilli 1300 visiteurs sur le site de Thorigné-d'Anjou.
1 300 visiteurs à Thorigné d'Anjou
La ferme expérimentale de Thorigné d'Anjou a accueilli 1 300 visiteurs jeudi 16 mai pour une restitution de ses travaux de…
Élections européennes : ne nous laissons pas tenter par l'abstention

A un mois du vote prévu le 9 juin, que dire aux citoyens, et aux agriculteurs en particulier, qui sont…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois