Aller au contenu principal

Défendre ses vergers

Avec l’arrêt de nombreuses AMM, les arboriculteurs doivent se réinventer pour entamer une transition agroécologique.

© AA

Dans l’esprit populaire, l’abondance et la luxuriance définissent les vergers. Au vu du nombre de ravageurs qui y prolifèrent, nul doute que l’image est fondée. Et carpocapses, punaises et autres campagnols n’ont pas à se faire prier par un quelconque serpent pour goûter aux fruits, pourtant défendus par les arboriculteurs.

Campagnols et punaises
Lors des rencontres phytosanitaires fruits, organisées sous la forme de webinaire par le CTIFL, l’accent a été porté sur deux ravageurs des vergers : les punaises et les campagnols. « Depuis 2015, on a une explosion du nombre de punaises. Avec l’arrivée de la punaise diabolique, cela ne présage rien de bon », estime Rachid Hamidi, entomologiste à Unicoque. Cette punaise, arrivée en France au début des années 2010, présente un risque élevé pour les vergers. Avec une dispersion saisonnière pouvant aller jusqu’à 5 km, et un vol qui se déclenche au-delà de 15 °C, l’espèce inquiète. Insecte piqueur suceur, la punaise creuse les fruits et envoie des enzymes qui digèrent la chair. Si le fruit est attaqué tôt, cela peut entraîner l’avortement ou des déformations. Plus tard, cela entraîne des nécroses pouvant être très profondes. Face à ce ravageur, les solutions de biocontrôle se développent. « On peut utiliser des phéromones, améliorer les outils d’aide à la décision ou encore utiliser des plantes pièges ». Parmi ces solutions, les auxiliaires de cultures semblent être les alliés privilégiés des arboriculteurs. « On a remarqué une diminution de 77 % des punaises en introduisant Trissolcus japonicus ou guêpe samouraï dans les vergers », dévoile Rachid Hamidi.
Autre ravageur bien connu des arboriculteurs, le campagnol. Particulièrement dangereux pour une jeune plantation, le campagnol va s’attaquer aux racines et affaiblir l’arbre, dans ses galeries pouvant descendre à 40 cm de profondeur. On peut par exemple compter jusqu’à 600 campagnols provençaux par hectare dans des vergers du Sud de la France ! « Depuis cette année, le Super Caid appâts bleu n’a plus d’AMM. D’autres solutions existent, comme le Ratron, avec du phosphure de zinc. Cela tue les rongeurs en 1 à 3 heures », détaille Joël Caspar, référent vertébrés à la DGAL. Cet arrêt de la substance active pivot rend compliqué la lutte chimique. Mais des alternatives existent. « Il faut favoriser au maximum les prédateurs naturels du campagnol. La chouette effraie incorpore 14 % de campagnols à son menu, et on monte à 25 % pour le faucon crécerelle ! », note Jean-Michel Ricard, du CTIFL. Ainsi, la pose de nichoirs dans les vergers permet de réduire significativement la pression.

M.M.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois