Aller au contenu principal

Départ de Nicolas Hulot du gouvernement

« Je prends la décision de quitter le gouvernement », a annoncé le ministre de l’Écologie au micro de France Inter le 28 août.

Après de nombreuses suspicions de démission au cours des mois derniers, son départ n'était plus vraiment attendu.
Après de nombreuses suspicions de démission au cours des mois derniers, son départ n'était plus vraiment attendu.
© Actuagri

Au bout de 15 mois, Nicolas Hulot jette l'éponge. « Je ne veux plus me mentir, je ne veux plus donner l'illusion que ma présence au gouvernement signifie que l'on est à la hauteur sur ces enjeux-là », a-t-il expliqué. Et de préciser : « j'ai une immense amitié pour ce gouvernement auquel je m'excuse de faire une mauvaise manière ». Quelques minutes avant cette annonce, le ministre se plaignait de l'avancée de certains dossiers : « est-ce que nous avons commencé à réduire l'utilisation des pesticides ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à enrayer l'érosion de la biodiversité ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à se mettre en situation d'arrêter l'artificialisation des sols ? La réponse est non. »

 

Une vision divergente de celle de Stéphane Travert
« Je n'ai pas réussi à créer de complicité de vision avec le ministre de l'Agriculture alors que nous avons l'opportunité absolument exceptionnelle de transformer le modèle agricole ! », a regretté Nicolas Hulot au micro de France Inter. Et de poursuivre : « on se fixe des objectifs mais on n'en a pas les moyens parce qu'avec les contraintes budgétaires, on sait très bien à l'avance que les objectifs que l'on se fixe, on ne pourra pas les réaliser. Voila ma vérité ! » Plus tard dans l'entretien, il réaffirme : « je ne peux pas passer mon temps dans des querelles avec Stéphane Travert ». Évoquant les « acquis de son passage au gouvernement », il cite notamment un « changement de tropisme sur les pesticides ; on est rentrés dans un dynamique qui va nous permettre de nous séparer un(e) par un(e) d'un certain nombre de molécules ». Expliquant les raisons de son départ, Nicolas Hulot cite notamment le fait que « la remise en cause d'un modèle agricole dominant n'est pas là ».


Et avec la profession...
Réagissant à la démission de Nicolas Hulot, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert rappelle qu'elle avait de « vrais sujets de désaccord » avec le ministre de l’Écologie, comme la gestion du loup ou de l'ours - « nous n'avons pas réussi à le convaincre sur ces sujets », tout comme le dossier du glyphosate. Mais « on pouvait parler et il écoutait », met en avant Christiane Lambert, qui rencontrait le ministre et son équipe à raison d'une fois par trimestre. « Sur les phytosanitaires, il a reconnu les efforts faits par les agriculteurs », relève Christiane Lambert, qui rappelle qu'il avait « fait sien », lors du dernier Salon de l'agriculture, le Contrat de solutions porté par le syndicat. « Et il a pris des coups, notamment de la part des ONG qui l'accusaient d'être complaisant avec la FNSEA. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Souveraineté alimentaire : j’invite tous les agriculteurs à se connecter le 18 mai
En vue du colloque sur la souveraineté alimentaire qui aura lieu le 18 mai, en présence d'Emmanuel Macron et Julien Denormandie,…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités