Aller au contenu principal

Bio
Déplafonnement des aides à la conversion

Michel Barnier a annoncé le déplafonnement des aides à la conversion. La question du financement n’est pas tranchée.

Christian Huet, lors de Eau’Fête, a rappelé au ministre de l’Agriculture, Michel Barnier, le nécessaire déplafonnement des aides à la conversion.
Christian Huet, lors de Eau’Fête, a rappelé au ministre de l’Agriculture, Michel Barnier, le nécessaire déplafonnement des aides à la conversion.
© Anjou agricole

Un an après le lancement du plan “Agriculture biologique : Horizon 2012”, le ministre de l’Agriculture, Michel Barnier a annoncé le déplafonnement des aides à la conversion de l’agriculture conventionnelle vers l’agriculture biologique lors du grand conseil d’orientation de l’Agence bio qui s’est réuni le 17 septembre. Le déplafonnement des aides à la conversion en bio était une mesure très attendue par l’ensemble de la profession. Il y a quelques jours à peine, Christian Huet, responsable de la section agriculture bio à la FDSEA et à la FRSEA, le rappelait au ministre de l’Agriculture lors de sa visite sur le stand agriculture bio à Eau’Fête (voir photo). Cette nouvelle mesure devrait donc créer des conditions beaucoup plus favorables aux conversions. Jusqu’à présent, les aides à la conversion bio étaient plafonnées à 7 600 euros par an pour une durée maximale de cinq années. Soit, avec 200 euros d’aide par hectare, 38 hectares. « Cela revenait à exiger une conversion sur la totalité de l’exploitation, mais à n’en compenser qu’une partie. Ce n’était pas logique », commente Yves Beaupère pour qui cette mesure contribue à renforcer l’agriculture biologique en grandes cultures : « Plutôt qu’importer des céréales, produisons- en », préconise l’élu de la Chambre d'agriculture départementale et régionale.

De la clarification

Cette annonce, dans les tuyaux depuis quelques mois, fait suite à la réunion du grand conseil d’orientation de l’Agence bio. Pour Michel Barnier, « le développement de l’agriculture biologique est l’un des éléments du développement durable de l’agriculture française, priorité du bilan de santé de la Pac ». Le bilan de santé de la Pac devrait « permettre de mettre en place un soutien spécifique à l’agriculture biologique grâce à une réorientation des aides », conclut le commu-niqué du ministère de l’Agriculture. La rue de Varenne est toutefois moins prolixe sur le financement de ces nouvelles mesures. « Le ministre accepte le déplafonnement que la profession réclamait depuis longtemps, mais il ne dit pas qui paie, remarque Yves Beaupère. Le financement de la conversion à l’agriculture biologique doit faire partie de la politique nationale. Laisser aux régions ou aux départements la charge de la financer va créer des inégalités et des distorsions qui ne sont pas acceptables ». Le responsable professionnel réclame donc « de la clarification ».

agra/mlr


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités