Aller au contenu principal

MFR ‹
Des associations à faire vivre

Les 300 participants au congrès régional, à La Pommeraye (49), ont planché mardi sur le thème de l’engagement.

Daniel Prieur, agriculteur dans le Doubs (deuxième en partant de la gauche) a expliqué comment les MFR de son département sont allées à la rencontre d’un public plus urbain.
Daniel Prieur, agriculteur dans le Doubs (deuxième en partant de la gauche) a expliqué comment les MFR de son département sont allées à la rencontre d’un public plus urbain.
© AA
Les Maisons familiales rurales fonctionnent depuis 70 ans sur le mode associatif. Mais depuis, le monde a changé. Comment continuer à faire participer les parents ? « En leur montrant ce qu’ils peuvent y réaliser de positif, en leur parlant de service, d’envie d’agir, de grandir et de se réaliser, et surtout en témoignant de ce que l’on fait, sans jamais mentir », estime Daniel Prieur. Agriculteur dans le Doubs, administrateur à la FNSEA et « enfant des MFR », il voit « trop de ces réunions où l’on demande à la cantonade : qui veut faire partie du conseil d’administration ?, il n’y a rien à faire, ce sont juste deux ou trois réunions par an, et où on s’étonne qu’aucun doigt ne se lève ! ».

La ruralité en mouvement
Mardi à La Pommeraye, plus de 300 administrateurs, directeurs, salariés des 87 maisons familiales rurales de la région ont ainsi planché sur le sujet de la dynamique associative. « Dans le milieu agricole, l’engagement était jusque-là facile, naturel à travers les réseaux Cumas, syndicaux…. a observé Daniel Prieur. Mais aujourd'hui la ruralité est en mouvement, les parents d’élèves viennent souvent de milieux différents ». Des MFR vont à la rencontre de ces nouveaux publics. « Dans le Doubs, nous avons fusionné deux maisons familiales sur des plateaux pour aller au-devant des populations », a témoigné l’agriculteur. Avec succès. Mais si les MFR vont à la conquête des villes, pas question de renier leurs valeurs, a dit Gérard Peltre, président du Mouvement européen de la ruralité et vice-président du comité de développement rural de la Commission européenne. « Il faut être fier de la capacité d’innovation sociale des territoires ruraux », a insisté ce spécialiste, qui défend le concept de « pôle rural ouvert sur le monde ».
S.H.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités