Aller au contenu principal

Vie syndicale
Des avancées sur le plan d’urgence et les BCAE

Les réunions se poursuivent dans les cantons afin de présenter le plan de soutien à l’agriculture. On y parle aussi BCAE, Loi de modernisation, transparences des marges...

Modalités d’application du plan de soutien, diversité des assolements, certiphyto, BCAE... de nombreux sujets de fond et de conjoncture sont abordés lors des réunions cantonales. Quatre autres réunions sont prévues (voir encadré) au cours desquelles toutes les informations utiles et nécessaires seront données aux adhérents de la FDSEA.
Modalités d’application du plan de soutien, diversité des assolements, certiphyto, BCAE... de nombreux sujets de fond et de conjoncture sont abordés lors des réunions cantonales. Quatre autres réunions sont prévues (voir encadré) au cours desquelles toutes les informations utiles et nécessaires seront données aux adhérents de la FDSEA.
© AA

Les critères d’accès au plan de soutien se précisent. Dans le cadre du Plan de soutien à l’agriculture, le ministre de l’Agriculture souhaitait que les aides aux exploitations en crise se retrouvent fin novembre sur les comptes bancaires. Visiblement les délais seront dépassés. Ainsi le comité de gestion départemental du Plan d’urgence se réunissait pour la seconde fois afin de préciser les critères d’éligibilité aux différentes mesures.

Cotisations MSA : des productions ciblées mais aussi du cas par cas
Tout d’abord, concernant les prises en charge des cotisations MSA, une enveloppe de 2,9 millions d’euros a été allouée au Maine-et-Loire pour les cotisations au titre des salariés agricoles. Les formulaires sont d’ores et déjà disponibles auprès de la MSA et sont à retourner pour le 31 décembre. L’aide concerne les exploitations employeuses de main-d’œuvre. La priorité s’oriente vers les producteurs de fruits et légumes, de porcs et les horti-pépiniéristes qui recevront directement un formulaire chez eux. Les autres productions employeuses de main-d’œuvre ne sont pas exclues de la mesure mais il conviendra que les agriculteurs fassent individuellement une demande de formulaire auprès de la MSA. Cela concerne notamment les exploitations de multi-productions dont plusieurs  sont en crise. L’éligibilité s’effectuera non pas en fonction des créances éventuelles auprès de la MSA mais par rapport aux taux de spécialisation, d’endettement et au nombre d’ETP de l’exploitation.

Prêts de trésorerie et de consolidation : un premier critère. Concernant le prêt de trésorerie, les banques commencent à instruire les dossiers. Pour faire face à l’afflux de dossiers, un premier critère est mis en place : un d’accès au prêt de trésorerie aux exploitations ayant un taux annuité/ EBE supérieur à 50 %. Ce taux pourrait être revu début janvier après les premiers retours de dossier. Ensuite, une étude des dossiers est réalisée au cas par cas avec des critères définis au sein de chaque organisme bancaire en fonction de la structure bilancielle et des capacités d’endettement. Ainsi, une exploitation qui ne pourrait faire face à un nouvel emprunt sera orientée vers une mesure plus adaptée à sa situation, le Fac par exemple.
Les prêts bonifiés de consolidation se mettront eux en place à partir du 1er janvier 2010 et seront réservés à des exploitations avec un taux annuités/EBE supérieur à 60 %.

Fac : faire bénéficier le plus grand nombre. Quant au Fond d’allègement des charges (Fac), l’idée est d’orienter ce soutien vers les exploitations qui ne prétendent pas habituellement aux aides de filières. Cela doit également concerner les exploitations n’ayant pas la capacité de remboursement pour prétendre aux prêts de trésorerie et de consolidation et les exploitations qui n’ont pu prétendre aux précédents Fac de l’année 2009. Ainsi, seront éligibles les exploitations avec une baisse de revenu de 25 à 30 % (soit une baisse d’EBE d’au moins 10  %) et avec un taux annuités/EBE de plus de 70 %. Celles-ci ne devront également pas avoir reçu plus de 1 000 euros lors des différents Fac de l’année 2009. Toutes les productions peuvent prétendre à la mesure et l’aide n’est plus ciblée exclusivement vers les jeunes agriculteurs et les récents investisseurs. Les dossiers sont disponibles sur le site Internet de la la DDEA (www.maine-et-loire. equipement-
agriculture.gouv.fr) et dans les centres de gestion, par lesquels devront transiter les demandes d’aides afin de les certifier. Les dossiers doivent être retournés à la DDEAF pour le 29 janvier 2010.

Damien Boussiron

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités