Aller au contenu principal

Des chevaux sous haute surveillance

Rondes, vidéosurveillance, mise au box... Les propriétaires de chevaux s'organisent pour protéger leurs animaux.

© AA

« Ahurissant, incompréhensible, inhumain... » Les mots des propriétaires de chevaux du Maine-et-Loire sont forts pour qualifier les mutilations qu'ont subies certains chevaux depuis quelques mois. Dans le Maine-et-Loire, éleveurs, propriétaires, entraîneurs... Le monde équin a déjà mis en place des mesures pour se prémunir contre ces actes malveillants. Contactés par téléphone, ils acceptent de témoigner mais souhaitent garder l'anonymat. « On préfère ne pas attirer l'attention sur nous », explique l'un d'entre eux. Surtout que depuis 2 semaines, en Anjou, des chevaux ont aussi été mutilés (lire l'Anjou agricole du 4 septembre). 5 cas ont déjà été signalés à la gendarmerie du département.
« Nous avons mis en place des rondes avec d'autres propriétaires du secteur, explique le propriétaire d'un centre équestre dans la région de Brion. Ils se relaient pour faire le tour des parcelles des uns et des autres. « Mais si on passe à 2 h, la personne peut très bien agir à 2 h 20... Je le fais plus pour me donner bonne conscience. »

Démunis face à ces actes
Jument, poney, pur-sang... Aucune distinction n'est faite en ce qui concerne les équidés touchés. « On se sent vraiment démunis face à ces actes et je suis plutôt fataliste », reconnaît le responsable du centre équestre.
« On tend le dos comme tout le monde », remarque un propriétaire et entraîneur dans le secteur de Brissac. La plupart de ses chevaux dorment au box dans un hangar fermé mais 4 équidés sont encore à l'extérieur, la nuit. « Si de nouveaux cas sont identifiés vers chez nous, autour d'Angers, je les rentrerai tous. »
Dans le Segréen, une éleveuse de  chevaux a déployé les grands moyens. Seule pour surveiller 80 chevaux, « je préfère ne pas prendre de risque. » A cette époque, la majorité est au pré. La nuit, elle se lève pour faire des rondes à des heures non fixes. Pour surveiller, elle a installé 4 caméras de chasse « aux abords, dans les entrées des parcelles. » Une caméra 4G lui permet aussi de pouvoir surveiller ses équidés en direct sur son smartphone. « J'ai aussi investi dans des projecteurs solaires. » La nuit, aux moindres mouvements, ils s'allument. « Cela permet à mon chien de 80 kg de repérer s'il y a quelqu'un qui essaye de s'introduire dans l'exploitation. » Tous les propriétaires s'accordent sur un point : « les personnes qui font ça ont un minimum de connaissance sur les chevaux. Un cheval ne s'approche pas d'un inconnu comme ça », note l'éleveuse du Segréen.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Du lait, des gîtes... et du lombricompost
A Saint-Georges des Gardes, les éleveurs Anne et Nicolas Berder ne produisent pas que du lait. Ils sont aussi lombriculteurs et s…
L’agro-écologie en pratique lors de la session Chambre
Lundi 28 juin, à St Pierre-Montlimart, la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire a abordé le thème de l’agro-écologie lors de sa…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités