Aller au contenu principal

Cultures
« Des conditions idéales pour semer »

Avec la météo favorable, les semis de blé ont démarré depuis la semaine dernière dans le Maine-et-Loire. Reportage au Gaec Holstein du Bois à St Germain sur Moine.

Benoit Mérand, agriculteur à St Germain sur Moine.

Aussitôt la parcelle récoltée, aussitôt semée. Lundi, Benoit Mérand a terminé de semer ses céréales quelques jours après sa récolte de maïs grain. A St Germain sur Moine, le Gaec Holstein du Bois cultive 110 hectares. Une trentaine d’hectares sont consacrés aux céréales d’hiver. « Une partie du maïs a été ensilée vers le 15 septembre. Comme les rendements étaient bons, j’ai pu garder plus de surfaces que les années précédentes pour en faire du maïs grain. » Il a été récolté la semaine dernière. « Les rendements varient de 77 qtx pour certaines parcelles à 104 qtx pour d’autres », note l’éleveur laitier.
Les semis d’orge ont débuté dès le samedi 16 octobre. « J’ai commencé avec l’orge. 11 hectares ont été implantés. » La céréale sert à l’alimentation du troupeau laitier.
Lundi, une vingtaine d’hectares de blé ont été semés. En temps normal, Benoît Mérand utilise sa propre semence fermière. « Cette année, avec les conditions humides de récolte, elle a germé... », regrette l’agriculteur. Exceptionnellement, il a dû se fournir auprès d’un voisin. Il privilégie un mélange de différentes variétés. « Cela permet d’avoir une meilleure résistance et vigueur dans la parcelle. » En effet, la complémentarité des résistances de certaines variétés de blé permet de freiner la progression des maladies.
Le sol est travaillé à minima. « J’ai opté pour le sans labour depuis 4 ans. Mais j’ai gardé ma charrue au cas où... » Au-delà de l’intérêt agronomique, Benoit Mérand y voit surtout un intérêt économique. Avant le semis, l’agriculteur se contente de passer avec le cultivateur. « Les conditions sont idéales pour semer surtout quand on pratique le semis simplifié. Quand le temps est trop humide, ça a tendance à coller », constate l’agriculteur.
Pour réaliser les chantiers de semis, le Gaec Holstein du Bois fait toujours appel à la Cuma des 3 Vallées. Celle-ci dispose de différents types de semoir. Au Gaec Holstein du Bois,  c’est le semoir Lemken Solitair 8 avec une largeur de 3,50 m qui a été utilisé. « Ce matériel est adapté pour du semis simplifié. Même si le sol n’est pas nu, la ligne de semis est bien nette. » Et ce, grâce aux éléments semeurs à doubles disques et ses roues de terrage.
L’agriculteur prévoit toujours après le semis le passage d’un désherbage pré-levé. « Et depuis que je ne laboure plus, je surveille aussi s’il n’y a pas de limaces. »

 


Des semis de blé bien avancés

Chaque année, la Cuma des 3 Vallées sème environ 400 hectares de céréales d’hiver (orge et blé). Elle couvre les communes de Villedieu la Blouère, La Renaudière, Roussay, St Germain sur Moine et St Crespin sur Moine.
« 35 à 40 adhérents nous demandent des travaux de semis », estime le président de la Cuma, Dany Verronneau « Les semis ont débuté tôt. » 150 hectares ont déjà été implantés. « On a même pris de l’avance par rapport aux autres années. Il faut dire que le temps s’y prête. Les agriculteurs ont voulu se dépêcher avant la pluie qui était annoncée... »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois