Aller au contenu principal

Des courges prêtes pour la fête

La 33e édition des Hortomnales se tiendra les samedi 22 et dimanche 23 octobre au Prieuré de St Rémy la Varenne. La longévité et la réussite de la fête tient au travail des bénévoles et salariés de l’association du Prieuré de St Rémy. Depuis lundi, ils ont commencé la récolte des courges.

Mardi matin, sécateurs à la main, une douzaine de bénévoles accroupis dans une parcelle à St Sulpice s'affairent à rassembler les cucurbitacées sur le même rang. C'est la première étape avant la récolte des cucurbitacées de l'association du Prieuré de St Rémy la Varenne. La récolte se tiendra le samedi 15 octobre avec près de 50 bénévoles. Pour organiser sa traditionnelle fête des Hortomnales, l'association avec ses bénévoles cultive elle-même les courges qui serviront à la fois pour la décoration et pour le marché du Prieuré.
« Chaque année, un agriculteur nous prête une parcelle pour que nous puissions faire nos plantations », explique Jean-Clément Pelletier, animateur pour l’association en charge des événements. Cette année, 1,5 ha de courges a été planté. Et il y en a pour tous les goûts puisque 150 variétés différentes sont cultivées. « 120 variétés serviront pour la vente sur le marché et les 30 autres variétés seront utilisées pour décorer le parc du Prieuré ».

150 variétés cultivées
Certaines sont connues comme la butternut, le potiron, le potimarron mais d’autres sont plus atypiques comme la bambina gigante, la lumina, la shishigatani, la rouge vif d’étampes, etc. « Chaque année, on essaye de nouvelles variétés pour surprendre le public. On a créé un livret pour connaître les spécificités de chaque variété avec des recettes pour savoir comment les cuisiner », précise l’animateur.    
Après des années d’expériences, l’association est devenue experte dans la production de courges ! Jusqu’à 13 tonnes ont été récoltées, lors d’une précédente édition. « On prépare nos semis fin avril. Un agriculteur nous prête une serre pour y mettre nos mottes. » Puis mi-mai, une quarantaine de bénévoles plantent les mottes à la main en plein champ. « Avant, l’agriculteur nous a préparé la parcelle en passant un coup de cultivateur. Du goutte à goutte et de la bâche biodégradable sont mis en place avant la plantation. » Au début de la plantation, les bénévoles désherbent à la main sur les 22 rangs de production. « Pour l’interrang, l’agriculteur réalise du désherbage mécanique. » Cette année, la récolte s’annonce bonne : « peut-être 10 tonnes », estime Jean-Clément Pelletier. « Heureusement, nous avons investi dans du goutte à goutte. Sans l’arrosage, nous n’aurions pas une si belle récolte. » Quelques courges ne pourront pas être vendues à cause de coups de soleil. « Ce n’est pas grave, elles serviront pour la décoration », relativise  Jean-Clément Pelletier. D’ailleurs, toutes les courges comestibles invendues à la fin du week-end sont données à l’association des Restos du Cœur.  
Au-delà des décors et de la vente, les courges du Prieuré sont aussi utilisées pour la confection de confitures. « Nous les vendrons pendant les 2 jours des Hortomnales et nous proposerons aussi des crêpes, des chichis et des flans. Tout, bien-sûr, à base de courges », sourit l’animateur. « Les bénévoles commenceront les confitures dès la semaine prochaine. Nous avons prévu d’en faire 780 pots. » Au total, les Hortomnales mobilisent près de 250 bénévoles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois