Aller au contenu principal

Des effaroucheurs disponibles à la location pour les semis

La FDGDON a investi dans des canons effaroucheurs pour développer le service de location auprès des agriculteurs. Neuf équipements sont disponibles pour les semis de printemps.

Afin d'aider les agriculteurs à lutter contre les dégâts de corvidés au moment de l'implantation des cultures de printemps, la FDGDON (Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles) a investi il y a une dizaine d'années dans des canons effaroucheurs. De type vertical, "ils provoquent moins de nuisances sonores que les canons horizontaux et sont surtout plus efficaces : grâce à un régulateur qui fait varier les fréquences de détonation, il y a moins de phénomène d'accoutumance de la part des corvidés, explique Antonin Grimault-Frémy, coordinateur de la fédération départementale. Mais ils sont trois fois plus chers : il faut compter environ 2 400 € contre 500 € pour le premier modèle". Fonctionnant sur batterie, ce canon est composé d'un mât et projette des leurres visuels  sensés effaroucher les nuisibles.

Augmentation des demandes

En proposant sept canons à la location, la FDGDON répondait à la demande des agriculteurs du territoire. "Sur des cultures de maïs, de chanvre, même contre les étourneaux dans des vergers de cerisiers, détaille Antonin Grimault-Frémy. Certains agriculteurs - je pense notamment à un céréalier bio - ont retrouvé de la sérénité et un confort de vie pendant la période des semis grâce à cet équipement". Mais depuis quelques années, le nombre de canons n'était plus suffisant : la fédération avait toujours quelques demandes qu'elle ne pouvait honorer. En 2023, elle a eu l'opportunité d'en acquérir 10 auprès de la fédération de l'Orne. "C'est du matériel d'occasion, qui requiert de la remise en état, indique le coordinateur. Mais nous augmentons ainsi  progressivement notre parc matériel".

Réservations ouvertes

Pour la saison 2024, la FDGDON propose donc neuf canons effaroucheurs à la location, au prix de 65 € la semaine auquel s'ajoute un forfait de 50 € pour la pose et dépose du matériel. Les réservations sont d'ores et déjà ouvertes auprès du standard de la fédération, suivant la règle du "premier arrivé, premier servi". "Mieux vaut anticiper ses besoins", conseille Antonin Grimault-Frémy.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois