Aller au contenu principal

Formation continue
Des éleveurs se forment à la biosécurité en bovins avec le GDS

 Le Groupement de défense sanitaire de Maine-et-Loire a lancé l’an dernier une nouvelle formation “Biosécurité” à l’attention des éleveurs de bovins.

Des pancartes “Parking visiteurs” ou encore “Mesures de biosécurité” sont installées par les éleveurs à l’issue de la formation.
© GDS49

Si c’est obligatoire pour les élevages de porcs et de volailles, se former à la biosécurité ne l’est pas pour les pour les élevages de bovins. Pour sensibiliser ces éleveurs à la question et prendre les devants, avant qu’une éventuelle future réglementation ne les y oblige, les GDS ont monté une nouvelle formation. « Nous pensons que l’on va aller vers une réglementation pour les bovins aussi », explique Céline Barberet, vétérinaire-conseil du GDS, qui assure la formation. Celle-ci vise aussi à démystifier un peu le terme biosécurité : « ce mot peut faire un peu peur. Mais derrière le terme, il y a souvent des choses que les éleveurs font déjà sans s’en rendre compte ! ».
La formation se passe sur une journée, entièrement en salle, au siège du GDS à La Quantinière, à Trélazé. Une session est proposée environ tous les 2 mois et peut accueillir 8 participants. Le matin, la formatrice présente ce qu’est la biosécurité, en détaille les grands principes et les grandes étapes. « La biosécurité consiste à empêcher les maladies d’entrer dans l’exploitation, de circuler d’un atelier à l’autre, et de se transmettre hors de l’élevage. Elle prévoit l’élaboration d’un plan de biosécurité de l’élevage, réalisé par le référent biosécurité de cet élevage », explique Céline Barberet.
L’après-midi, les participants travaillent sur un schéma aérien de leur exploitation. Avec la formatrice, ils établissent un plan de circulation qui définit les flux d’intervenants sur l’exploitation, les flux d’aliments, les parcours à respecter par les véhicules. Et enfin, à l’issue de cette journée, chacun repart avec 4 panneaux à poser dans l’exploitation : le parking, l’entrée interdite sans autorisation, les mesures de biosécurité et la zone d’équarrissage.
Délivrée pour les éleveurs de bovins lait et bovins viande, la formation devrait s’ouvrir prochainement aux éleveurs caprins.


Les prochaines sessions auront lieu les 8 février (session complète) et 5 avril (il reste des places).
Inscriptions au 02 41 33 61 01. Journée gratuite pour les adhérents GDS, 40 € pour les non adhérents.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les élevages angevins sélectionnés
 Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars. Cette année encore, les Angevins seront bien représentés au…
Sollicitez l'amortisseur tarifaire
Le dispositif d’amortisseur tarifaire sur l’électricité est entré en vigueur au 1er janvier 2023. Il le demeurera jusqu’au 31…
Jeune installé, il donne une orientation résolument végétale à une ancienne exploitation bovine
Agé de 37 ans, Nicolas Perdriau s’est installé au 1er septembre 2021 à Saint-Hilaire-du-Bois. Il a repris une exploitation bovine…
Un élevage hautement autonome en protéines
Le Gaec des Prairies, à Neuvy-en-Mauges, a une autonomie protéique de près de 80 %. L’exploitation a réussi à réduire sa…
Retour en images sur le SIVAL 2023

 Retour en images sur l'édition 2023 du Sival, qui s'est tenue du 17 au 19 janvier à Angers. Réalisation @AGRI72TV.

Pierre Desmarres, éleveur et globe-trotteur

Pierre Desmarres est le lauréat du Prix à l’Installation du syndicat…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 166€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois