Aller au contenu principal

Emploi
Des emplois en polyculture-élevage

L’agriculture embauche. Une formation de salariés en polyculture-élevage va s’ouvrir au CFPPA de Segré.

Patricia Maussion, présidente du cfppa de Segré : « Le Bepa TPA propose une formation qualifiante à des salariés qui souhaitent quitter leur emploi actuel. »
Patricia Maussion, présidente du cfppa de Segré : « Le Bepa TPA propose une formation qualifiante à des salariés qui souhaitent quitter leur emploi actuel. »
© AA
Pour répondre aux besoins surgis de la restructuration des exploitations, du non renouvellement des associés,… le secteur de la polyculture-élevage se tourne vers le salariat. Une réflexion menée voici quelques mois avec des agriculteurs dans les productions laitière, bovine, avicole ou porcine a mis en évidence ce besoin. Une formation Bepa TPA (travaux de la production animale) pour adultes va se mettre en place en ce sens au CFPPA de Segré. Cette formation qui vient d’être lancée par le ministère de l’Agriculture est unique en son genre en Maine-et-Loire. Elle s’adresse en prédilection à des salariés qui souhaitent se reconvertir dans les métiers de l’agriculture . « Il ne s’agit pas de venir remplacer l’installation, que nous devons continuer à favoriser », indique d’emblée Patricia Maussion,
présidente du CFPPA de Segré, mais bien de proposer une formation qualifiante à des salariés qui souhaitent quitter leur emploi actuel, des conditions de travail difficiles, comme le travail en équipe, les trajets… pour trouver une meilleure qualité de vie. »

Formation sur une année
La formation repose sur le principe de l’alternance. Elle s’étale sur un an environ et
800 heures réparties en formation théorique et en ateliers pratiques et technologiques sur les exploitations. Outre le maître de stage, des agriculteurs ont accepté d’être formateurs tuteurs pour permettre aux stagiaires d’appréhender dans des délais assez rapides les différentes phases du travail. Pour l’agriculteur qui prendra un stagiaire, « c’est un investissement sur le long terme », indique Patrick Maussion. Non seulement, il manque de fils d’agriculteurs pour reprendre les exploitations, mais pour ceux-là, le salariat n’est qu’une étape avant de s’installer. L’agriculteur a donc beaucoup de difficultés à pérenniser l’emploi ». L’objectif est bien de proposer des emplois en contrat à durée déterminée. « Le cas échéant, des formules en groupements d’employeurs seront peut-être à imaginer », poursuit la responsable professionnelle. Les premiers contacts pris avec les agences pour l’emploi et les missions locales révèlent un intérêt certain de la part des futurs
salariés. La formation débutera avec une quinzaine de stagiaires et d’agriculteurs intéressés.
m. l.-r.

Renseignement : CFPPA de Segré, Jean-Yves Laurent, tél 02 41 61 05 30
ou sur le site internet du CFPPA http://www.cfppa-segre.com/#7
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités