Aller au contenu principal

Fenaison
Des enrubannages de couleur pour lutter contre le cancer

A St Georges des Gardes, les travaux d’enrubannage ont débuté la semaine dernière. Les éleveurs de la commune n'ont pas choisi n'importe quel film plastique : ceux de Trioworld. Bleu ou rose, chacun contribue à aider la recherche contre le cancer.

« La saison des chamalows a commencé », sourit Julien Gremaud en regardant la parcelle d’herbe parsemée de balles d’enrubannage bleues et roses. L’éleveur laitier a commencé les chantiers d’enrubannage il y a 2 semaines. Pour ces travaux, il travaille avec 5 autres exploitations de la Cuma St Georges des Gardes. Chaque année, plus de 1 000 bottes d’enrubannage d’herbe sont réalisées en moyenne.
Depuis 3 ans, les agriculteurs ont choisi de faire une bonne action en achetant leurs rouleaux de film d’enrubannage de la marque Trioworld (ex-Trioplast). En utilisant ces films colorés, les éleveurs contribuent à la recherche contre des cancers.
L’initiative a été lancée en 2016 par Trioplast en partenariat avec la fondation Arc pour la recherche sur le cancer avec du film de couleur rose. Le but étant de sensibiliser au cancer du sein et d’accompagner les malades. Pour chaque rouleau de film vendu, le fabricant et le revendeur reversent chacun 1 € à la fondation, soit 2 €/film pour la bonne cause.
Depuis, Trioworld a ajouté 2 couleurs à sa gamme : du film jaune pour soutenir la recherche contre le cancer des enfants et du film bleu pour la recherche contre le cancer de la prostate. « Cette année, nous avons commandé des films roses, bleus et jaunes. Mais notre distributeur avait des difficultés d’approvisionnement pour le jaune », explique Nicolas Berder, éleveur du secteur et responsable de l’enrubannage à la Cuma. Cette année, les agriculteurs de St Georges des Gardes ont acheté 73 rouleaux de films colorés. Grâce à eux, 146 euros seront donc versés à la fondation Arc. « Cela ne nous coûte pas plus cher et on fait une bonne action. Ce serait dommage de ne pas le faire », souligne Julien Gremaud.

Beaucoup d’entraide
Au-delà de l’aspect caritatif, les agriculteurs ont aussi à cœur « de faire marcher l’entraide », remarque Julien Gremaud. Les 6 agriculteurs du groupe enrubannage ont tous leurs exploitations dans un rayon de 4 km. « Tous participent aux chantiers des uns et des autres. à plusieurs, les chantiers s’effectuent plus rapidement et cela permet de gagner du temps au final ». La coopération se commence avec l’achat des films d’enrubannage. « En se regroupant, on peut faire un appel d’offre », note Nicolas Berder, éleveur du secteur et responsable de l’enrubannage à la Cuma. « On économise entre 8 à 10 % sur le prix initial. » Surtout que les films ont quand même augmenté de 25 % par rapport à l’an dernier. « C’est lié à la crise sanitaire et la hausse des prix des produits issus de l’industrie pétrolière  », souligne Nicolas Berder. Pourtant, les éleveurs ont anticipé leurs achats et ont commandé en février, un mois plus tôt que les années précédentes. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

La coopérative Agrial recherche de nouveaux éleveurs
La filière lait de chèvre d'Agrial a organisé jeudi 27 octobre, une journée “Capriboost” sur l'installation en caprins, au Gaec…
« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Groupama vise le doublement des surfaces assurées d’ici 2030
L’assurance multirisques climatiques (MRC) change en profondeur à partir du 1er janvier 2023. Et c’est désormais une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois