Aller au contenu principal

Des fleurs à nouveau jetées

Après la déconfiture du premier confinement, le reconfinement s’annonce salé pour l’entreprise Froger Fleurs.

© Froger

« Nous travaillons mais n’avons plus aucun débouché », s’exaspère Guillaume Froger, dirigeant de l’entreprise horticole éponyme spécialiste des fleurs coupées. Aux Ponts-de-Cé, elle produit en moyenne 100 000 à 120 000 fleurs par semaine. Lundi, l’horticulteur a détruit une partie de sa production. Lors du premier confinement, l’entreprise avait déjà perdu 800 000 euros de chiffre d’affaires. La fermeture des fleuristes et des rayons non essentiels dans la grande distribution et  jardinerie est un nouveau coup de massue.  « La situation est encore pire qu’au printemps. On pouvait au moins écouler notre production dans les grandes surfaces. » Aujourd’hui, Froger fleurs n’a plus un seul client. « Nous n’avons plus que notre site internet  lilasroseboutique.com. Mais cela ne représente que 5 % de notre chiffre d’affaires. » Sur la quarantaine de salariés, seulement une dizaine ont été mis au chômage technique. L’horticulteur est en colère contre le gouvernement. « Il y a de grands effets d’annonce. On nous a promis une enveloppe de 25 millions d’euros… En réalité, on n’a toujours rien. » Pour bénéficier des aides, de nombreux critères ont été établis, des franchises ont été instaurées. «  Aujourd’hui, on ne sait toujours pas si notre entreprise est éligible », note l’horticulteur. Il attend du gouvernement une prise de décision rapide et réclame la réouverture des points de vente de fleurs. « On ne peut pas nous mettre dans la même catégorie que des livres. Notre production est périssable ! » Il accorde toute sa confiance au syndicat de sa profession, la FNPHP, pour défendre ses intérêts. « Mais c’est un combat inéquitable. C’est le pot de terre face au pot de
fer… ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités