Aller au contenu principal

installation
Des jeunes globalement satisfaits de leur installation

Le dernier comité sur l’enquête en Pays de la Loire s’est tenu le 8 juillet.

© J. BAILLY/VENDÉE AGRICOLE

Vendredi 8 juillet, s’est tenu à Angers, le comité élargi concernant l’étude sur les clés de réussite de l’installation, menée par Jeunes Agriculteurs sur la région des Pays de la Loire. Ce comité a conclu six mois de travail réalisé avec différents partenaires en contact régulier avec les jeunes en phase d’installation. Les résultats ont été présentés, des leviers d’action envisagés.
Comment juger de la réussite de son installation ? Quels sont les critères à ne pas négliger ? Sur quelle phase doit-on mettre l’accent ? L’accompagnement ou l’installation ? Autant de questions à éclaircir pour faire en sorte que son installation soit une réussite.

Une réelle vocation

Pour 80 % des enquêtés, la profession d’agriculteur est fortement liée à la passion du métier et de la nature. C’est une réelle vocation. Cette notion est partagée par les 30 % des enquêtés non issus du milieu agricole. Un jeune, motivé pour s’installer, est prêt à réaliser toutes les démarches nécessaires. Il s’agit de mettre toutes les chances de son côté afin de mener à bien son projet. C’est pourquoi le dispositif d’accompagnement doit répondre à toutes les attentes du jeune : accompagnement à l’installation et installation en elle-même.
Pour ce qui est de la première étape, 48 % des jeunes installés sur une exploitation de petite taille voient leur accompagnement facilité par le travail des conseillers et le soutien de leur entourage. En revanche, les jeunes installés sur une plus grande structure sont 39 % à avoir vu leur accompagnement favorisé par la viabilité de la structure sur laquelle ils se sont installés. Il en est de même pour la deuxième étape, l’installation. 48 % des jeunes installés sur des petites structures ont été aidés par les cédants et associés lors de leur démarche. Les jeunes installés sur une grande structure estiment à 70 % que leur réussite est due à la bonne connaissance de l’exploitation au moment de l’installation. Les jeunes installés sur une petite structure ont plus de 31 ans, et n’ont pas en majorité de famille dans l’agriculture. L’installation est perçue comme une reconversion professionnelle avec, à la clé, un projet de vie totalement différent de ce qui était connu auparavant. Travailler pour soi et donc l’autonomie dans le travail sont les réels avantages dégagés par ces jeunes et notamment par le fait de pouvoir diriger sa propre entreprise.

Un travail varié, diversifié

De leur côté, les jeunes installés sur une grande structure ont entre 25 et 28 ans et sont pour la plupart issus du milieu agricole dans lequel ils ont toujours travaillé depuis leur sortie de BTSA. L’installation est une concrétisation de tout ce qui a été vu dans la formation agricole mais aussi lors de l’expérience acquise dans le salariat agricole. Il n’y a pas eu de surprises dans toutes les démarches effectuées par le jeune. Pour eux, s’installer sur une grande structure permet d’avoir un travail varié, diversifié. Même si ces nouvelles exploitations mises en place sont touchées par un inconvénient majeur : l’incertitude du prix des matières premières.
Deux profils différents, des attentes différentes mais un seul but : une installation réussie. Pour répondre à cela, sont mis en avant plusieurs critères à ne pas négliger : le relationnel (cédants/associés), le niveau de rémunération, la viabilité de l’exploitation reprise, l’équilibre entre vie privée et professionnelle, l’accès au foncier, l’obtention des droits à primes, le montage du projet. Tous ces critères devront être valorisés grâce à la mise en place de leviers d’action comme des montages vidéo à destination des écoles ou des sites internet des Points info installation… Ceci pour montrer aux futurs candidats que si les difficultés existent et peuvent être rencontrées à différents stades de l’installation, elles ne sont pas insurmontables.

Céline BLANDIN
JA Pays de La loire

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités